Passer au contenu principal

Entreprise cherche senior désespérément

Judith Mayencourt, cheffe de la rubrique Suisse, analyse la portée de l'offensive du Conseil fédéral et des patrons en faveur des plus de 50 ans.

C’est une offensive de charme comme on n’en avait pas vu depuis longtemps. A quelques jours du message du Conseil fédéral sur la mise en œuvre du 9 février, les milieux économiques font les yeux doux aux femmes, aux plus de 50 ans, aux handicapés, aux invalides, aux étrangers établis en Suisse, bref à tous les mal-aimés du marché du travail. Alors que le robinet de l’immigration devrait se resserrer, les réserves de main-d’œuvre, ce sont eux!

D’employés de deuxième choix – soupçonnés d’être par essence trop coûteux, pas assez mobiles, trop souvent absents, moins productifs, mal intégrés ou que sais-je encore – les voici parés de mille vertus, la première étant d’être disponibles et non contingentés! Le moment est venu de dépasser les préjugés, lançait il y a une semaine le président de l’Union patronale suisse.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.