L’étatisme et la centralisation, catalyseurs de psychodrames

L'invitéChristophe Reymond rappelle le rôle fondamental joué en Suisse par la décentralisation du pouvoir.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En France, l’année 2019 avait commencé dans les convulsions que les «gilets jaunes» faisaient subir à leur pays et leurs concitoyens. L’année 2020 a débuté, elle, dans le chaos né de la contestation d’un projet de réforme des retraites. Les deux mouvements n’ont apparemment pas grand-chose à voir. Il y a d’un côté une révolte des oubliés, de l’arrière-pays, des ronds-points périphériques. De l’autre, c’est la résistance des plus protégés (la retraite à 52ans des conducteurs de bus de la RATP…), des statuts bétonnés, des services publics déifiés.

Ces psychodrames successifs ont pourtant plus en commun qu’il n’y paraît. Ils s’expliquent en bonne partie par des motifs tenant à l’histoire, à la conception du pouvoir, aux institutions. Nos voisins français ont vécu l’émergence progressive d’un État centralisé destiné à mettre fin à un éparpillement des provinces et de la société. Un État fort, bâti par la royauté, renforcé par la révolution, consolidé par les républiques successives.

Ce pouvoir concentré s’est développé au détriment des intermédiaires, qu’ils soient territoriaux (les pays de naguère, puis les régions et départements) ou institutionnels (l’aristocratie autrefois, le parlement aujourd’hui). Le citoyen n’a donc pour seul recours que l’adresse directe à l’État central, sans aucun filtre, aucune soupape. Le bras de fer est alors inévitable.

En Suisse, personne n’a jamais considéré qu’il suffisait de toucher la lisière du manteau d’hermine du souverain pour être soulagé de toutes sortes de maladies. Cela n’est pas seulement dû au peu d’aspirations monarchistes de la plupart de nos compatriotes. Le premier motif – le plus fondamental – tient à ceci que le pouvoir y est exercé en premier lieu à l’échelle des 26cantons. Ce sont eux qui exercent la puissance publique en priorité, même s’ils voient leurs compétences hélas continuellement diminuées.

Si les routes du canton ne sont pas suffisamment entretenues, les impôts trop élevés et les forces de l’ordre trop ceci ou pas assez cela, rien ne sert d’en appeler à la démission de MmeSommaruga ou de M.Maurer. C’est ici qu’il faut s’employer à faire changer les choses.

Quant aux fameux corps intermédiaires, on ne dira jamais assez leur importance, ainsi que celle du principe de subsidiarité qui doit lui être attaché. Les associations, les organisations privées jouent chez nous un rôle fondamental. Le partenariat social aussi, y compris dans son expression la plus aboutie, la convention collective qui acquiert force de loi quand elle est étendue.

C’est en multipliant les lieux d’action, les cercles de compétences, les centres de décision que l’on évite ces appels à l’État central de régler tous les problèmes. Et à la colère de monter au fur et à mesure que celui-ci démontre ses limites.

Créé: 14.01.2020, 07h03

Christophe Reymond, directeur du Centre Patronal.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...