Les États européens et les revendications régionalistes

L'invitéOlivier Delacrétaz met en perspective les élans autonomistes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus d’une région européenne revendique son autonomie face à l’État dont elle fait partie, se présentant, non sans romantisme, comme la voix du peuple authentique face à des institutions tyranniques. Transformer ce discours identitaire en réalité politique est une entreprise de longue haleine et pleine d’embûches.

Il faut d’abord que les chefs des rebelles mettent le peuple de leur côté. C’est l’étape émotionnelle, la plus facile. Mais l’émotion s’éteint vite, si l’on ne la rattache pas à une réalité historique qui légitime les revendications sur le plan des faits et de la raison. Il faut ensuite se jeter dans l’arène politique et combattre, persévérer durant des générations, accepter de perdre des batailles qui semblaient décisives, résister aux coups de tout genre et de toute provenance qui visent tant la troupe que ses chefs. Il faut aussi éviter les excès, qui risqueraient de bloquer le processus ou de déclencher une guerre civile.

«On ne peut juger de la pertinence d’une revendication autonomiste sans connaître l’histoire du peuple demandeur»

On ne peut juger de la pertinence d’une revendication autonomiste sans connaître l’histoire du peuple demandeur, la réalité actuelle de son identité, ses rapports avec le pouvoir qu’il conteste, les motifs concrets, sociaux, culturels, institutionnels de ses revendications. En d’autres termes, la Catalogne n’est pas le Jura, la Flandre n’est pas la Padanie ni l’Irlande, l’Écosse n’est pas la Bretagne, ni la Crimée, ni la Corse, ni le Pays basque. Il n’y a que des cas particuliers, difficiles à juger de l’extérieur. Avoir soutenu la lutte du Jura n’entraîne donc pas qu’on soutienne par principe toute revendication du même type.

On dit que le Jura a eu la chance de pouvoir insérer sa revendication de souveraineté dans les institutions fédéralistes existantes. Oui et non. En fait, il n’y avait pas, et il n’y a toujours pas – et heureusement – de procédure fédérale ordinaire permettant de détacher une partie d’un canton pour en faire un État distinct. Mais les exigences jurassiennes arrivaient au bon moment – l’ambiance européenne était à la décolonisation –, avec un bon dossier historique et culturel, des chefs habiles et opiniâtres, et le soutien d’une forte base populaire.

Dans une perspective toute pragmatique, les Suisses ont jugé qu’en validant la création du nouveau canton, ils cloraient un dossier qui empoisonnait la vie fédérale. Là encore, oui et non. Le vote sur Moutier, son annulation par la préfète du Jura bernois, confirmée le 29 août dernier par le Tribunal administratif de Berne, et les réactions passionnées des autonomistes ont montré que le dossier n’est toujours pas clos, quarante et un ans après le vote du peuple et des cantons suisses.

Il est donc assez raisonnable de penser que les revendications d’autonomie des régions européennes évoquées plus haut sont encore extraordinairement loin d’être satisfaites.

Créé: 17.09.2019, 06h44

Olivier Delacrétaz, président de la Ligue vaudoise.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.