Il faut lutter contre l’offre illégale et les jeux de vilains

L'invitéeGéraldine Savary, conseillère aux États.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 10 juin prochain, les Suisses voteront sur la manière dont les jeux d’argent sont organisés dans ce pays. Le système actuel, qui octroie des concessions à un nombre limité de casinos et confie l’organisation des loteries à deux grandes institutions – Swisslos et la Loterie Romande – permet de générer chaque année près de 1 milliard de francs en faveur de projets d’utilité publique dans les domaines de la culture, du sport, du social et de l’AVS, entre autres.


A lire aussi: L’appât du gain fait oublier les dangers de l’addiction


Ce système est menacé depuis plusieurs années par l’offre illégale de jeux d’argent en ligne. Ces jeux sont proposés par des sociétés basées dans des territoires offshore comme Malte ou Gibraltar, qui ne paient aucun impôt et ne sont soumis à aucune réglementation suisse. Pire, certains sites cachent parfois des activités criminelles ou servent à blanchir de l’argent.

«Le système actuel permet de générer chaque année près de 1 milliard de francs en faveur de projets d’utilité publique»

Pour contrer ce phénomène, le parlement a élaboré une nouvelle loi sur les jeux d’argent qui contient des dispositions visant à empêcher les opérateurs non autorisés à déployer leur activité en Suisse.

Actuellement, environ 250 millions de francs échappent chaque année à la Suisse en raison de l’offre illégale de jeux sur Internet. Des études ont montré que ce chiffre augmente de 15% par an. Avec l’évolution des habitudes des joueurs, il est certain que la Suisse aurait beaucoup à perdre, à moyen terme, si la Loterie Romande, Swisslos et les casinos existants ne pouvaient pas développer leur offre en ligne, tel qu’il est prévu dans la nouvelle loi. Mais pour pouvoir développer une offre légale en ligne, il faut bien sûr lutter activement contre l’offre illégale.

Blocage des sites illégaux

Ce «blocage» des sites de jeux illégaux, que les opposants brandissent comme une menace pour la liberté individuelle, n’a rien de choquant (depuis quand contribuer à faire fructifier des activités illégales est-il un droit fondamental?), ni d’excessif.

De nombreux autres pays européens ont déjà mis en place un tel mécanisme sans que cela constitue un dangereux précédent, comme le prétendent les opposants. Faire croire que l’interdiction d’accès à des sites de jeux illégaux pourrait donner lieu, demain, à une interdiction d’accès à des sites comme Zalando ou Netflix n’est que mensonges et démagogie.

Un milliard de francs par année en faveur du bien commun, c’est beaucoup d’argent. En Suisse romande, 3000 projets de tout genre – portés par des clubs sportifs, des musées, des festivals, des associations de protection de l’environnement ou du patrimoine, ou encore des œuvres d’entraide – bénéficient chaque année du soutien de la Loterie Romande.

Il serait tout simplement irresponsable de mettre en péril cet acquis. (24 heures)

Créé: 15.05.2018, 16h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.