En finir avec les discriminations sur le lieu de travail

L'invitéJulien Eggenberger soutient le renforcement de la norme antihomophobie, soumis au vote le 9 février.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Aujourd’hui, l’égalité effective n’est pas réalisée, ni sur les lieux de travail, ni dans la société en général. Les discriminations, les violences verbales et même parfois physiques sont le lot quotidien de nombreuses personnes, notamment en raison de leur orientation sexuelle ou de genre.

Pourtant, plusieurs avancées notables sur le plan des droits des personnes LGBT ont été obtenues, dont l’entrée en vigueur en 2007 du partenariat enregistré. Cet outil légal, qui contraint toutefois à afficher son orientation sexuelle, demeure inférieur au mariage en termes de protection juridique des conjoint·e·s et de prise en compte des familles arc-en-ciel.

En 2014, l’Union syndicale suisse (USS) a établi des lignes directrices pour ancrer l’égalité de traitement dans les conventions collectives de travail et les règlements du personnel. Les syndicats demandent une prise en compte plus conséquente du concubinage, ou «communauté de vie», quant aux droits au congé, aux prestations pour le/la survivant·e ou encore à l’assurance accident.

Le statu quo légal est également insatisfaisant concernant la filiation, et donc dans la possibilité de faire valoir les congés parentaux. Par ailleurs, il n’empêche pas des restrictions dans les contrats d’assurance collective ou les règlements sur les indemnités journalières vis-à-vis des personnes séropositives ou des opérations de changement de sexe.

Le climat de travail peut aussi générer des difficultés. Une rumeur, des insultes prononcées ouvertement, des railleries douteuses, occasionnelles ou répétitives, atteignent profondément les personnes dans leur dignité.

La recherche «Être LGBT au travail» de l’Institut des études genre de l’Université de Genève, réalisée en 2014, met en lumière que 70% des personnes interrogées ont subi ou assisté à des épisodes de discrimination indirecte (insultes, blagues homophobes ou transphobes,…) et que près de 30% ont subi des discriminations directes (mises à l’écart de projets ou d’événements sociaux informels, remise en cause des compétences,…).

Cette situation se combine avec le sexisme ordinaire, puisque les femmes sont plus fréquemment victimes. Si une salariée ou un salarié subit une discrimination dans l’entreprise de la part de sa hiérarchie, de ses collègues ou client·e·s, il incombe à l’employeur de tout mettre en œuvre pour la faire cesser.

L’extension de la norme pénale étendant l’interdiction de la discrimination liée à l’orientation sexuelle soumise au vote le 9 février est une avancée concrète. Bien que cette nouvelle base légale ne règle pas l’ensemble des problèmes à elle seule, elle constitue un encouragement important à la prise de conscience du problème et un pas en direction d’une société qui admette pleinement et sans discrimination sa diversité.

Créé: 05.02.2020, 06h41

Julien Eggenberger, président du syndicat SSP Vaud, député.

Articles en relation

La norme anti-homophobie met l'Eglise catholique dans l’embarras

Votation du 9 février Les organisations religieuses sont divisées sur le texte. Entre le oui des réformés et le non des évangéliques, la Conférence des Évêques refusent de trancher. Plus...

«Vivre son homosexualité reste un combat de tous les jours»

Vidéo Alors que les Suisses se prononceront le 9 février sur un élargissement de la norme antiraciste à l'homophobie, des Vaudois racontent ce que représente être homo en 2020. Plus...

La norme pénale contre l'homophobie vient de loin

Votations 9 février Père de la proposition, Mathias Reynard (PS/VS) a réagi à ce qui s’est passé dans son canton. Mais aussi à l’ONU. Plus...

La haine homophobe n’est pas une opinion

L'invitée Manon Schick soutient le renforcement de la norme antihomophobie, sur lequel nous votons le 9 février. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.