Garder nos emplois et une économie prospère?

L'invitéGeorges Zünd, directeur général de la Fédération vaudoise des entrepreneurs et député.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Nous, citoyens de ce canton, essayons toujours d’avoir un bon rapport qualité-prix dans nos acquisitions et tentons également de consommer local. Tout cela même s’il est admis que nous sommes ancrés malheureusement sur un «îlot de cherté».

Dans ce contexte, voici la problématique qui me titille. Les adjudicateurs publics (Confédération, cantons et communes) se doivent d’être exemplaires et ne devraient avoir qu’une seule interrogation avant l’attribution de mandats: l’investissement sert-il notre société au sens large?

Or, ne nous voilons pas la face, les deux seuls aspects qui intéressent les pouvoirs publics sont:
– Le coût en premier lieu. Et cela au mépris de nos entreprises formatrices qui assurent la relève. Notre système dual est mis en évidence partout mais n’est pas vraiment encouragé. De même, le respect des conditions de travail est souvent ignoré (dumping salarial, travail au noir, mépris des conventions collectives), car l’on trouvera toujours sur cette planète des personnes prêtes à faire le travail dans n’importe quelles circonstances… Le fait de n’avoir que le prix comme véritable critère d’adjudication (les autres, comme l’organisation du chantier, celle de l’entreprise ou ses références sont souvent des alibis) démontre clairement cette volonté univoque de ne pas tenir compte des autres aspects économiques.
– Avoir un seul interlocuteur, ce qui arrange souvent l’adjudicataire, d’où l’apparition en force des entreprises totales ou générales.

«Confédération, cantons et communes se doivent d’être exemplaires»

Ce qu’il faut rappeler, c’est que seul le premier marché a une connotation de marché public, donc fortement réglementé avec en finalité l’attribution à une entreprise totale ou générale. La suite de la passation des marchés concerne des contrats entre entreprises privées et sort donc complètement des radars des collectivités publiques. Et là, la guerre des prix se déroule sans aucun contrôle.

Une proposition concrète: octroyons une marge de 20% en plus sur le montant global adjugé pour le marché public et travaillons à livre ouvert, de sorte que la collectivité publique puisse faire réaliser les travaux par des entreprises locales et ainsi garantir un retour sur investissement (impôts, achats, déplacements moindres donc moins de pollution) et assurer une relève.

Je n’oublie pas de rappeler ici que les collectivités publiques engagent nos impôts. Les régions qui nous entourent ne vont pas venir volontairement financer les dépenses sociales de notre canton.

Bénéfices à court terme seulement

Lorsque des prestations sont réalisées à l’étranger, c’est bénéfique pour le porte-monnaie, mais à court terme seulement. La responsabilité de nos dirigeants n’est-elle pas d’avoir un œil bienveillant sur les générations futures, de leur offrir des possibilités de formations professionnelles et des conditions cadres pour de l’emploi? Sans quoi il faudra avoir le courage de transformer notre canton de Vaud en un Ballenberg géant et d’en devenir les petites mains assistées.

Mais il est vrai qu’aujourd’hui, le courage ne fait pas partie de la procédure. (24 heures)

Créé: 13.04.2018, 22h15

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.