Le grand silence sur les effets de la baisse de l’immigration

L'invitéeAnita Messere met en avant les conséquences positives du ralentissement de la croissance de la population.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le solde migratoire est en baisse depuis 2017: environ 45'000 personnes en plus chaque année en Suisse. Ajoutons l’accroissement naturel d’environ 20'000 personnes dû à l’espérance de vie qui augmente aussi, chaque année, d’un mois. Ainsi, nous obtenons la croissance de la population. 65'000 personnes, ralentissement – périodique – d’un tiers. Une croissance encore trop forte pour l’environnement. Le bétonnage ne se calme pas. Au contraire.

Pourquoi cette baisse? Il ne s’agit pas d’une volonté politique fédérale pour préserver l’environnement. C’est plus simplement l’UE qui se porte mieux, qui a besoin de sa main-d’œuvre et une conséquence de l’automatisation.

Ainsi, les médecins allemands arrivés en cascade – 18% des médecins en Suisse – seront incités à revenir au pays par une revalorisation financière du métier. Ou contraints par des mesures politiques. Car la libre circulation est bienvenue quand elle arrange l’UE. Mais pas le contraire.

«Il faut taire la vérité pour que l’électorat ressente toujours une situation de pénurie partout et ne surtout pas faire le lien avec l’immigration en baisse»

Cette baisse de l’immigration induit deux effets principaux: la baisse du chômage et des loyers hors des agglomérations. Les «immigrationnistes» n’évoquent pas ses effets positifs pour les employés et locataires. Ce serait desservir le dogme de la libre circulation et tous ses bienfaits supposés ou réels. Ils ne font pas le lien entre déferlante humaine, qualité de vie et préservation de l’environnement. Ils passeraient pour xénophobes, égoïstes. Quand on se parfume à l’écologie en défilant, il n’est pas bon d’affirmer que la surpopulation planétaire ou locale est à l’origine de l’épuisement des ressources naturelles, n’est-ce pas? Cela manque de chic.

Le pays possède à présent plus de 80'000 logements vacants. Il s’agit des investissements des 1000 caisses de pension qui débordent et donc bétonnent toujours, à défaut de boursicoter. Et quand l’offre dépasse la demande, les loyers s’effondrent hors des agglomérations et transports publics. Le marché s’est détendu et les propriétaires ne tiennent plus forcément le couteau par le manche. À Bulle ou Sierre, six mois de loyer en cadeau! Mais cela reste discret, il ne faut pas démobiliser les troupes «anti-frontiéristes» ou laisser croire que les vilains propriétaires ne dansent plus le sirtaki. Il faut taire la vérité pour que l’électorat ressente toujours une situation de pénurie partout et ne surtout pas faire le lien avec l’immigration en baisse.

Le taux de chômage n’a jamais été aussi bas depuis dix ans. On frôle les 2,1% certains mois. Nous sommes jalousés par l’UE, même si notre taux ne tient pas compte des personnes qui cherchent un emploi depuis plus de deux ans. Mais qui ose évoquer l’immigration en baisse pour justifier cette situation? Il faut préserver le secret de Polichinelle, mais pas l’environnement.

Créé: 10.09.2019, 16h46

Anita Messere, présidente UDC Lausanne, membre du comité d’ECOPOP.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.