Halte à la mascarade en Turquie!

L'invitéeManon Schick s'indigne car le président de la Section turque d'Amnesty reste emprisonné.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président de la Section turque d’Amnesty, Taner Kiliç, est en prison depuis plus de huit mois, «mais cela n’a rien à voir avec son travail au sein d’Amnesty», prétendait l’ambassadeur de Turquie en Suisse, Ilhan Saygili, dans une interview parue dans 24 heures vendredi dernier. Des propos qui ne font que confirmer ceux qu’il m’avait tenus lors d’un entretien accordé à notre organisation, en août 2017. À ce moment-là, non seulement le président mais également la directrice de la Section turque se trouvaient tous deux en détention.

Depuis l’arrestation de Taner, avocat, président d’Amnesty en Turquie et engagé dans notre organisation depuis des années, le discours des autorités turques n’évolue pas: Taner serait un terroriste et soutiendrait le prédicateur Gülen, il aurait téléchargé une application permettant d’envoyer des messages cryptés (du même genre que l’application WhatsApp).

Alors sans doute faut-il répéter haut et fort que le fait de télécharger une application n’est pas encore un acte de terrorisme. Et que deux expertises techniques du téléphone portable de Taner prouvent qu’il n’a jamais téléchargé l’application incriminée. Et enfin que la justice turque a déjà libéré des milliers de personnes arrêtées pour le même motif, reconnaissant que cette accusation ne tenait pas la route.

Il y a dix jours, Taner se présentait pour une nouvelle audience devant le tribunal. Ce jour-là, mes collègues et moi sommes passés par tous les états d’âme. Vers 15 heures, le juge annonçait la libération conditionnelle de Taner. Larmes de bonheur de sa femme et de leurs trois filles qui attendaient devant la prison, cris de joie dans les bureaux d’Amnesty partout à travers le monde. Quelques heures plus tard, c’était le désenchantement: nous apprenions que le procureur avait fait recours. Le lendemain, la même cour qui l’avait libéré décidait de le maintenir en détention, sans apporter aucun élément nouveau à son dossier.

Soyons clairs: ce n’est plus de la justice, c’est une mascarade. Continuer à prétendre que Taner est détenu sans que cela ne soit lié à son activité au sein d’Amnesty International, c’est tout simplement choquant. Le système judiciaire turc est sous pression et manque d’indépendance. Toute personne qui critique le gouvernement risque la prison.

Depuis la tentative de coup d’État en juillet 2016, 180 médias ainsi que des centaines d’ONG ont été fermés, 4 500 juges et procureurs limogés, plus de 50 000 personnes détenues sans jugement pour appartenance à une organisation terroriste. Plus de 140 000 personnes ont été destituées de leur fonction dont des universitaires, des maires et des parlementaires. Une dangereuse dérive vers l’autoritarisme, qu’il faut dénoncer pendant qu’il est encore temps. (24 heures)

Créé: 12.02.2018, 15h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.