Hollande, la larme à gauche

Grain de sableClaude Ansermoz, rédacteur en chef adjoint, se penche sur le soupçon de popularité regagné par Hollande. Une marque de sympathie non dénuée d'arrière-pensées.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Attention, ce ne sont que des frémissements. Mais il se pourrait bien que François Hollande regagne un soupçon de popularité. Bien sûr, la France et le reste du monde se sont gaussés de sa chapka kazakhe. Mais d’autres, sur Twitter et ailleurs, commencent à dire le petit peu de bien qu’ils pourraient peut-être, si on insistait un peu, penser du président de la République française.

Prenez Cécile Duflot, ancienne ministre verte de l’Ecologie. Celle qui, depuis son départ du gouvernement, passait son temps à dégommer la lâcheté du Corrézien, au point d’en écrire un livre presqu’aussi méchant que celui de Valérie T. La voilà qui gazouille un «Manuel Valls prépare la proportionnelle, la promesse du candidat Hollande sera tenue #17moisàpeine».

Le retournement de veste est encore plus flagrant dans l’autre camp. A l’instar de Rachida Dati et de Xavier Bertrand, qui se sont ouvertement félicités de la visite qu’a faite François Hollande à Vladimir Poutine. Au nom de la grandeur de la France retrouvée, au son de deux puissances qui ne vont tout de même pas se laisser dicter leur conduite par les Ricains. A la mémoire, peut-être aussi, du Mistral. Pas du vent froid qui souffle sur la Provence. Mais de cette commande russe de 1,2 milliard d’euros pour deux navires de guerre made in France et gelée sur l’autel de la diplomatie de conflit en Ukraine.

Mais les deux anciens ministres de Sarkozy ont un canon à deux coups. En France plus qu’ailleurs, il faut toujours chercher l’agenda caché derrière chaque marque de sympathie. Elle se double forcément d’une rafale haineuse sur l’action, à l’intérieur du pays, du premier ministre. Plutôt que d’achever un mort, il vaut mieux fusiller un vivant. Mais à chercher un adversaire qui monte, la droite se trompe de cible. Au lieu de Manuel Valls, il faudrait mieux viser plus à gauche et plus au Nord. Du côté de Martine Aubry par exemple. Aux armes citoyens.

Créé: 13.12.2014, 13h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.