L’incivilité, un beau thème à accrocher sur le sapin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À l’approche des Fêtes, les regards des consommateurs deviennent lubriques devant la moindre caisse enregistreuse non affublée d’une queue longue comme huit bûches de Noël. Dans la file, la tentation est grande de doubler la grand-mère en train de vérifier le contenu de son porte-monnaie ou ce jeune père suédois à l’attention détournée par la turbulence de sa progéniture.

Mais, avant de vous crêper le chignon (ou la barbe), rappelez-vous: c’est très mal. Le petit Jésus, même avec une paille et le souffle pâteux d’un âne dans l’œil, pourrait vous voir et, alors, fini le salut éternel, adieu le sommeil des braves et la grâce d’une digestion facilitée, même après les marrons glacés de Tantine. Toutes ces joies intimes gâchées par tant de désagréments publics, quelle vergogne!

Il n’y a pourtant pas que la perspective d’un amoncellement de cadeaux qui transforme l’agneau social en soudard infernal. Il suffit de prendre régulièrement le train pour admirer la métamorphose d’un bétail docile en chasseur de place implacable. D’accord, les CFF ont en ce moment de gros problèmes de ponctualité et ces coups de canif sur le mythe de l’écusson confédéral mettent tout le monde sur les nerfs.

Mais tout de même: avez-vous déjà observé la rapacité de ces braves employés de bureau guettant le marchepied d’une porte de wagon avec la même vigilance qu’un surveillant de camp de la mort? Avez-vous déjà remarqué l’indifférence interstellaire suscitée par une personne handicapée ou par les malheureux qui doivent hisser un bébé ET une poussette dans le convoi bondé? Certaines polices municipales sont désormais tentées de ne plus divulguer la nationalité des auteurs de crime. C’est plutôt l’inverse qu’il faudrait instaurer et révéler au public celle des gens aimables, serviables et secourables, car, s’ils sont rares, ils ont souvent la couleur de peau du Roi mage Balthazar. (24 heures)

Créé: 15.12.2017, 22h08

Boris Senff, rubrique Culture

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

C'est la guerre du rail entre CFF et BLS. Paru le 20 avril 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...