Passer au contenu principal

L’initiative sur l’or de la BNS est désastreuse

Le président de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie, Bernard Rüeger, s'inquiète des conséquences de l'initiative «Sauver l'or de la Suisse».

La Banque nationale suisse (BNS) a fait un travail remarquable depuis le début de la crise financière et économique de 2008. Elle a su intervenir au bon moment et frapper fort, en 2011, pour stopper net le renchérissement du franc face à l’euro. On peut affirmer qu’elle a sauvé l’industrie d’exportation, ce qui était essentiel lorsque l’on sait que la Suisse gagne un franc sur deux à l’étranger. La BNS a pu agir en toute indépendance. Sa crédibilité est restée à toute épreuve.

Si elle était acceptée le 30 novembre prochain, l’initiative trompeusement intitulée «Sauvez l’or de la Suisse» remettrait tout cela en cause. L’or de la Suisse n’est pas dans les coffres de la BNS. L’or de la Suisse, c’est le succès de son économie. Un succès qui s’explique en particulier par une saine gestion des finances publiques et une politique monétaire avisée. Faire déborder nos coffres-forts de lingots ne rapporterait rien à personne, conduirait à une pagaille sur le marché des changes et déstabiliserait notre économie. Qu’aurions-nous sauvé?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.