L’insaisissable Pascal Jaussi vous cernait en un clin d’œil

La rédactionErwan Le Bec raconte sa rencontre avec le fondateur de Swiss Space Systems.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Excusez-le, c’est un visionnaire. Un homme avec peu d’ego. Regardez quand il lève les yeux vers le ciel, vous comprendrez.» Voilà ce qu’un proche de Pascal Jaussi m’a glissé quand j’ai rencontré, en automne 2014, celui qui était alors considéré comme un génie et qui devait avoir son portrait en dernière page de «24 heures». Une sorte d’honneur pour un Vaudois, et surtout une pression énorme pour un journaliste stagiaire. Alors j’ai essayé de comprendre. J’ai scruté ses yeux, sa voix (assez haute en altitude) et ses mains qui mimaient sans cesse des manœuvres d’atterrissage.

Pascal Jaussi n’était pas seul. Il était accompagné d’un professionnel de la communication qui lui préparait d’ordinaire les réponses aux questions et qui faisait discrètement signe que le temps accordé par cet ingénieur au CV si impressionnant s’écoulait vite.

«Vous connaissez le film «L’étoffe des héros»? Bingo. Il connaissait toutes les répliques»

Pascal Jaussi avait déjà usé la moitié de la clepsydre en décrivant la navette, le projet SOAR, l’accès à l’espace à moindre coût: «Il y a une chance qu’on écrive une des plus belles pages de l’histoire de l’aérospatial.» Convaincant mais déjà entendu. De lui, il avait surtout parlé de son amour pour la fusée de Tintin. Facile.

Sur le reste, il abrégeait vite. «Mais alors attendez, vous parliez de faire médecine, et l’armée, et Swissair. Mais à quelles dates? En même temps?» Réponse: «Oui, oui. Parce que dans les sélections, ça passe bien. D’ailleurs quand j’étais à l’Institut de l’Aéronautique et de l’Espace…» Les sélections de quoi? Où ça? Aucune idée. On verra plus tard.

Le temps s’écoule. Alors on tente un truc. «Et le film L’étoffe des héros, vous l’avez vu?» Bingo. Il connaissait chaque dialogue, chaque scène et chaque appareil: «J’aime bien cette période de la guerre froide où on redessinait complètement des avions. C’est un esprit qu’on a un peu perdu, maintenant on fait plus du step by step. On modifie un peu l’aile, c’est tout. Mais il nous arrive d’échanger des répliques entre nous, du genre: «Tu me rendras mon chewing-gum plus tard.»

Bluffé, comme tant d'autres

Ouf. Peut-être bien qu’on arrivera à rendre humain cet ingénieur qui se livre finalement aussi peu que les autres. On enchaîne sur le X1, Chuck Jaeger, Mercury et Neil Armstrong. Tout ça dans ma Broye, derrière une porte à reconnaissance digitale et sur un sol en métal antirayonnement où trépignent une armada d’ingénieurs en blouson et Ray-Ban. Le temps imparti écoulé, on a été poliment raccompagné à la sortie, sans possibilité de rappeler pour une précision. Évidemment, j’ai titré sur L’étoffe des héros.

Quatre ans plus tard on en sait un peu plus sur une enfance difficile et le montage incroyablement dangereux de cette start-up qui a fait disparaître des millions de francs. Le proche qui me conseillait de regarder ses yeux est dans la liste des créanciers à l’Office des faillites de la Broye. Mais celui qui a deviné en deux secondes que L’étoffe des héros était mon film préféré, celui qui m’a eu comme un bleu, reste difficile à saisir. (24 heures)

Créé: 31.08.2018, 15h32

Erwan Le Bec, rubrique Vaud et régions.

Pour lire le portrait de Pascal Jaussi paru le 18 novembre 2014, cliquez ici.

Articles en relation

Comment le patron de S3 a volé pour Dassault et le Rafale

Saga Swiss Space Systems, épisode 2/5 Pascal Jaussi a fait du lobbying pour l’avion de combat français. À l’étranger à travers S3, mais aussi en Suisse, où l’ingénieur a évalué l’appareil pour le compte de l’armée. Plus...

QoQa s’est lancée 2 fois dans la vente de billets pour l’apesanteur de S3

Saga Swiss Space Systems, épisode 3/5 Après une première vente via son site, QoQa a négocié une commission sur d’autres billets. Elle n’a jamais vu non plus cet argent. Plus...

«J’étais dans un déni de réalité par rapport à S3»

Témoignage L’ex-président du Développement économique vaudois, Philippe Petitpierre, s’est investi personnellement pour sauver la start-up. Il s’en explique pour la première fois. Plus...

La débâcle collective de S3 a coûté 32 millions

Saga Swiss Space Systems, épisode 1/5 En actionnant son réseau, Swiss Space Systems a notamment accumulé 4 millions de charges et d’impôts impayés. Plus...

Sauvagement agressé? Pascal Jaussi aurait tout inventé

Broye Pascal Jaussi sera aussi poursuivi pour incendie intentionnel et faux dans les titres. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...