Les jeunes et leurs parents à la découverte des métiers

L'invitéChristophe Reymond recommande la visite des salons présentant les possibilités de formation.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’une de mes filleules veut devenir avocate. Depuis des années que je l’interroge à propos de ses aspirations professionnelles, la réponse est invariable. La jeune fille a 15 ans. Elle est gaie et pétillante. Sa scolarité se déroule sans histoire dans la voie générale. Elle a compris qu’il faudrait cravacher pour réussir à décrocher la maturité lui permettant d’accéder à l’université. Peut-être même a-t-elle conscience des écueils à franchir ensuite.

Le choix d’une activité professionnelle est un processus complexe. Les vocations sont rares. L’institution scolaire, par nature, tend à privilégier la voie académique parce qu’elle prolonge les activités de l’école. Les parents, souvent, pensent que le meilleur pour leur enfant passe forcément par un diplôme universitaire. Dans l’esprit de beaucoup, la voie de la formation professionnelle est occultée. Dans ce domaine, la méconnaissance ou les œillères ne sont que trop présentes.

«Dans les salons des métiers, on est ébahi par la variété qu’offre la formation professionnelle»

Deux événements se déroulent cet automne en matière de promotion de la formation professionnelle, qui sont susceptibles de nous dessiller. Dès demain et jusqu’à dimanche, les Championnats suisses des métiers verront s’affronter des centaines de jeunes dans 75 professions. La manifestation inclut 60 métiers hors compétition. On attend 150'000 visiteurs à Berne.

Pour celles et ceux qui n’auraient pas l’occasion de franchir la Sarine, le traditionnel Salon vaudois des métiers et de la formation se déroulera dès le 27 novembre à Beaulieu. Une centaine d’associations professionnelles et d’entreprises offriront un aperçu de 250 métiers et formations.

Une immense variété de métiers

Quiconque a déjà fréquenté ces manifestations reste bouche bée devant la variété des métiers proposés. Qui voit exactement ce que recouvre une formation de médiamaticien, d’assistant en soins communautaires, d’agent de propreté, de polymécanicien, d’informaticien en technique des systèmes? Qui sait décrire avec précision les voies qui s’ouvrent aux porteurs de CFC désireux de poursuivre leur parcours, les exigences de la maturité professionnelle ou les conditions d’accès aux HES?

Alors que les nouvelles générations paraissent évoluer de plus en plus dans le virtuel, le fait de voir, de toucher, de poser des questions prend une importance particulière. Le partage d’expériences peut se faire sur les réseaux sociaux mais aussi dans la «vraie vie». L’échange avec des spécialistes ou des jeunes déjà engagés dans le monde professionnel permet de se projeter, d’ouvrir de nouvelles voies.

Après qu’elle sera allée goûter l’enthousiasme des SwissSkills ou de Beaulieu, je souhaite à ma filleule de devenir juriste. C’est une formation riche et passionnante, j’en témoigne. Je l’ai suivie naguère, gardant toujours à l’esprit que le droit mène à tout, à condition d’en sortir. (24 heures)

Créé: 10.09.2018, 21h49

Christophe Reymond, directeur du Centre Patronal.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...