Passer au contenu principal

«Jogi» et ses drôles de Messieurs

Tous les deux ans, les filles qui normalement snobent le ballon rond cessent de le bouder. Elles distillent alors, sur le canapé ou les terrasses, des commentaires pointillistes et pertinents sur la crème des équipes nationales. Posent des questions auxquelles les spécialistes autoproclamés sont bien en peine de répondre. Et demandent toujours sans jamais vraiment les comprendre les règles du hors-jeu ou pourquoi le si balkanique Zlatan joue sous les couleurs de la Suède. Enfin, elles n’hésitent pas à commenter le physique des joueurs et des entraîneurs.

Il y en a un qui, à ce jeu-là, est un peu descendu de son piédestal. Il appartenait à la catégorie vieux beaux. Mais le temps passe, aussi pour Joachim Löw. Et puis, l’Allemand, qui avait le bon goût de porter des chemises blanches, en a eu tout à coup beaucoup moins. Lundi, «Jogi» – c’est son surnom – a joué une partition «pour les hommes qui peuvent se permettre d’être décontractés» avec un T-shirt anthracite qui n’a pas su cacher ses excès de sudation lorsqu’il levait les bras. Pire encore, sur une vidéo qui fait le buzz, on voit la main de coach glisser dans son pantalon pour y gratter son intimité. Avant de porter son index au nez pour analyser son identité olfactive. Geste certes viril – «80% des hommes se grattent les couilles», a affirmé Lukas Podolski défendant son joueur – mais qui n’a pas manqué d’interloquer, malgré les excuses tardives de l’intéressé.

C’en était en tout cas trop pour le désormais ex-héros de ces dames. Qui alors pour compenser? Dans la Nati, le regard légèrement strabique – jumeau pupillaire de Doris Leuthard – d’un Yann Sommer ne laisse pas indifférent. Pour les autres, les classements des magazines Internet pullulent. Très Frenchie, Cosmo met trois coqs dans son top 5, mais craque aussi pour Fabien Schär, 20e. Gala choisit un représentant par équipe et c’est Marwin Hitz qui tient la corde pour les Suisses. Et entre les frères Xhaka, Fun Radio ne choisit pas. Ou plutôt choisit les deux. Des goûts, des couleurs. Et pour les mecs, c’est plutôt rassurant.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.