Passer au contenu principal

Un juste retour pour les contribuables vaudois

Claudine Amstein demande un allègement de la fiscalité des personnes physiques dans le canton.

Le Canton de Vaud affiche une santé financière étincelante depuis plusieurs années. Il n’en continue pas moins de faire peser sur les contribuables une pression fiscale particulièrement lourde. En comparaison intercantonale, les Vaudois sont clairement les vaches à lait du système!

Face à cette situation choquante, les associations économiques cantonales, dont la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie, ont lancé le mois dernier une campagne d’annonces dans plusieurs médias pour sensibiliser la population, dont nous percevons l’exaspération. Notre organisation s’est investie pour la réforme de la fiscalité des entreprises afin de maintenir les emplois dans notre canton et de favoriser sa prospérité, qui passe aussi par une imposition équilibrée des personnes physiques.

Voilà vingt ans que le Canton n’a pas réformé la fiscalité des particuliers. Il l’avait fait à une époque où il se débattait dans une grave crise financière. Depuis, les efforts des assujettis et des communes ont porté leurs fruits. Ces quinze dernières années, les recettes de l’État ont doublé. Il est grand temps que les citoyens bénéficient d’un juste retour pour leurs efforts.

«Déjà avec une rémunération brute de 80000 fr., un couple vaudois paiera 70% de plus d’impôt qu’à Zurich»

Il ressort des chiffres tirés de la publication «Charge fiscale en Suisse» de l’Administration fédérale des contributions que la classe moyenne vaudoise est lourdement frappée par l’impôt sur le revenu comparativement aux autres cantons. La 5e édition de notre brochure «Pour une fiscalité vaudoise compétitive - Étude comparative et priorités 2019», publiée à la fin de l’an dernier, pointe aussi du doigt cette douloureuse problématique. Nous sommes en tête de ce sombre palmarès. Déjà avec une rémunération brute de 80000 fr., un couple vaudois paiera 70% de plus d’impôt qu’à Zurich! La situation empire dès que le revenu s’accroît, et la main du fisc est particulièrement lourde pour les célibataires.

Cette fiscalité très pesante ne se justifie plus aujourd’hui. Nos dirigeants doivent aller au-delà des petites mesures accordant des déductions à telle ou telle classe de contribuables. Pour répondre aux nombreux défis qui se profilent, la mise en place d’une imposition des individus plus équilibrée est indispensable, sans quoi il sera impossible d’assurer les revenus nécessaires pour financer, notamment, une facture sociale qui a pris une ampleur très inquiétante.

Une politique fiscale «à la petite semaine» ne doit plus avoir cours chez nous. Améliorer l’attractivité de notre canton permettrait de soulager les travailleurs, les indépendants, ainsi que les responsables de PME qui font aussi la richesse de notre région. Sans compter que, pour innover, nous avons besoin de faire venir des talents. Ces derniers ne sont évidemment pas insensibles à une imposition attractive. S’attaquer à ce chantier demande courage et détermination. Il est aujourd’hui urgent de l’empoigner.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.