Laisser sombrer l’avenir des enfants de l’«Aquarius»?

L'invitéPour Vito Angelillo, la Suisse doit offrir son pavillon au célèbre navire de sauvetage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils ont 12 ou 16 ans. Ils ont fui l’indicible et se retrouvent seuls. La plupart des enfants et des adolescents sauvés par l’Aquarius ont vu mourir un compagnon d’exil sous leurs yeux. Nigériens, Érythréens, Maliens, migrants, qu’importe! Ce sont d’abord des enfants. Traumatisés, sans repères, ils dérivent à côté de chez nous. Ils n’ont pas forcément rêvé d’Europe. Les voies de passage et les trafiquants ont le plus souvent décidé pour eux.

Aujourd’hui, le fait que ce navire de sauvetage en Méditerranée soit empêché de sauver des vies, amarré sans pavillon au port de Marseille, est très préoccupant. Son équipage est contraint à l’impuissance face à une catastrophe humanitaire qui se déroule à quelques encablures. Ce gâchis pourrait être empêché si la Suisse acceptait d’accorder son pavillon à ce bateau.

La patrie d’Edmond Kaiser et d’Henri Dunant doit aider l’Aquarius à porter secours aux enfants perdus en mer. La mission de ce navire s’inscrit dans la tradition humanitaire de notre pays. En offrant son pavillon au célèbre navire de sauvetage, la Suisse témoigne au monde entier de son attachement aux valeurs humanitaires et au respect du principe de neutralité. Surtout, elle met fin à un scandale qui a trop duré.

Nigériens, Érythréens, Maliens, migrants, qu’importe! Ce sont d’abord des enfants. Traumatisés, sans repères, ils dérivent à côté de chez nous

Le Conseil fédéral doit entrer en matière sur l’interpellation des conseillers nationaux Ada Marra, Guillaume Barazzone et Kurt Fluri, inquiets à juste titre du drame qui se joue en mer. Il doit permettre à l’organisation SOS Méditerranée de porter secours aux hommes, aux femmes et aux enfants en danger de mort. Il peut le faire en toute légalité. La Confédération doit aussi s’engager à accueillir ces jeunes avec dignité. Considérer davantage les traumatismes vécus par ces enfants durant leur périple et instaurer des structures d’accueil adaptées de manière uniforme, dans tous les cantons.

Au lieu de cela, aujourd’hui, dans certains cantons suisses, des mineurs peuvent se retrouver en centre de détention en raison de leur statut migratoire au lieu d’être pris en charge dans des structures non privatives de liberté.

Soutenir l’Aquarius, c’est rendre leurs droits aux enfants parmi les plus vulnérables. Le droit à un toit, à grandir en sécurité, à accéder à une éducation. La Confédération, signataire de la Convention internationale des droits de l’enfant, a une carte importante à jouer pour l’avenir de ces jeunes.

Au-delà de la protection d’un pavillon rouge et blanc, répondre à l’espoir des enfants de l’Aquarius relève de notre devoir. Un simple geste d’humanité, enfin.

Créé: 11.10.2018, 06h41

Vito Angelillo, directeur général de Terre des hommes-Aide à l’enfance.

Articles en relation

«Nous avons fait face aux gardes-côtes libyens»

Migration Bientôt sans pavillon, l’«Aquarius» cherche à débarquer les 58 migrants recueillis. À bord, la Vaudoise Kiri Santer témoigne Plus...

«Pourvu que l’«Aquarius» fasse enfin bouger l’Europe!»

Immigration Le bateau affrété par l’ONG SOS Méditerranée est arrivé à Valence au terme d’un périple de huit jours. Reportage. Plus...

L’Espagne et l’ancienne base d’«Alinghi» attendent l’«Aquarius»

Espagne Pour éviter un drame humanitaire, le nouveau chef du gouvernement ouvre le port de Valence. Plus...

L’Italie ferme ses ports à 629 migrants sauvés des eaux

Méditerranée Rome et La Valette refusent d’accueillir les rescapés recueillis par l’«Aquarius». L’Espagne de Sanchez vole à leur secours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...