Laissons la marge de manœuvre aux paysans!

L'invitéJean-François Thuillard s'oppose à l’initiative «pour les vaches à cornes».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Reconnaissons-le, il y a des sujets d’actualité plus préoccupants que le fait de laisser ou non les cornes aux vaches ou aux chèvres. Cela dit, notre système démocratique est ainsi fait que le peuple souverain a la possibilité de se prononcer, également sur un sujet qui peut, au premier abord, faire sourire.

En Suisse, nous aimons et respectons les animaux et plus particulièrement nos vaches et nos chèvres.

Depuis plusieurs décennies, les agriculteurs ont construit ou transformé des bâtiments agricoles en pensant prioritairement au bien-être des animaux de rente. Ces derniers peuvent se déplacer, se coucher, ou encore s’alimenter selon leurs envies dans des étables ventilées pourvues d’une luminosité adéquate. De plus, des aires de promenade extérieures permettent à nos animaux de sortir été comme hiver et par tous les temps.

«Plus un élevage compte de bêtes, et plus les risques d’accidents pour les animaux, tout comme pour l’homme, augmentent»

Et c’est justement pour ces raisons que certains éleveurs décident parfois de stopper la croissance des cornes sur leurs jeunes animaux selon un procédé très strict et surveillé. En effet, plus un élevage compte de bêtes, et plus les risques d’accidents pour les animaux, tout comme pour l’homme, augmentent.

Détenir des animaux non écornés est une décision entrepreneuriale qui dépend uniquement des agriculteurs. C’est à eux de choisir leurs priorités et de trancher entre l’écornage, d’une part, et les dépenses nécessaires à la détention et les risques d’accidents accrus, d’autre part.

Rejetée par le parlement

Le Conseil fédéral a recommandé au parlement de rejeter l’initiative populaire «Pour la dignité des animaux de rente agricoles (Initiative pour les vaches à cornes)» sans contre-projet. Les Chambres ont suivi les recommandations du Conseil fédéral.

Cette initiative aurait pour effet d’inscrire dans la Constitution l’obligation d’accorder un soutien financier aux éleveurs, tant pour les vaches que pour les chèvres, pour autant qu’elles portent leurs cornes. Une telle situation réduirait la marge de manœuvre pour une promotion équilibrée de tous les aspects du bien-être animal.

De plus, en cas d’acceptation de l’initiative «Vaches à cornes», aucun budget supplémentaire ne serait alloué à l’agriculture par la Confédération. La subvention prévue, de près de 30 millions par année tout de même, serait dès lors financée en coupant dans des contributions déjà existantes attribuées à d’autres secteurs d’activité.

Concrètement, il n’est pas normal que soit inscrit dans la Constitution fédérale que les détenteurs de vaches, de chèvres, de taureaux et boucs reproducteurs, bénéficient d’une aide financière tant que les animaux portent leurs cornes.

Laissons donc les paysans faire le choix le plus judicieux pour le bien-être de leurs chèvres et de leurs vaches.

Refusons l’initiative «pour les vaches à cornes» le 25 novembre prochain. (24 heures)

Créé: 07.11.2018, 16h53

Jean-François Thuillard, agriculteur, syndic de Froideville et député UDC.

Articles en relation

Afin d’encourager le respect de la dignité de l’animal

L'invitée Tamara Fretz soutient l’initiative «pour les vaches à cornes». Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.