En marche, version Sion

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans les rues romandes, l’affiche ne vous aura pas échappé. L’ironie non plus. «En Marche», scande-t-elle. Sous l’incantation désormais macronienne, pour ne pas dire jupitérienne, la photographie d’une œuvre du plasticien Valentin Carron. Qui a moulé ses propres pieds et les a dotés de deux chaussettes trouées orange (la couleur du MoDem) et bleue (celle des Républicains). Comme d’inquiétantes prothèses qui disent que non, finalement, cela ne marche pas si bien que ça. Et, dessous encore, un lieu: «Le Pénitencier, Sion.»

On pourrait de prime abord en tirer la conclusion d’un appel du Vieux-Pays à l’embastillement des alliés du nouveau président de la République. Empêtrés eux aussi, malgré les promesses de moralisation de la vie publique et de renouveau politique, dans des affaires qui sentent bon – ou plutôt mauvais – les reliques d’un passé visiblement pas encore si révolu que ça.

En fait, les murs épais de cette ancienne prison valaisanne sont un musée depuis l’an 2000. Et dans ses cellules construites en 1913 par Alphonse de Kalbermatten sur des plans que la légende attribue à Gustave Eiffel, la culture a pris la place des 28 détenus. «Faire un pas, c’est faire un choix», proclame le sous-titre de cette dernière exhibition qui a débuté le 3 juin. «Présenter une exposition sur la marche dans une ancienne prison permet de souligner la contradiction entre une activité essentielle à la liberté et un lieu d’enfermement où tout mouvement fait l’objet d’un contrôle.»

On n’a pas vérifié que Céline Eidenbenz, directrice du Musée d’art et «commissaire» de ladite expo, a délibérément manié le second degré. Mais on se réjouit pour de vrai de voir la démarche. Surtout qu’on y trouve, notamment, des gravures révolutionnaires de Félix Vallotton ou d’Edmond Bille sur les défilés protestataires. Ceux qui devraient tout soudain redevenir à la mode chez nos voisins français. En marche? En grève plutôt.

Créé: 16.06.2017, 19h05

Claude Ansermoz, rédacteur en chef adjoint

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.