Quel modèle économique pour la décroissance?

L'invitéPascal Vionnet se demande comment sauvegarder l'emploi dans un monde où le mot-clé serait de moins consommer.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Rares sont les semaines où l’on ne nous parle pas de décroissance, et à juste titre car il y a clairement urgence à sauver notre planète. De manière très cartésienne, tout le monde comprendra que consommer moins ou différemment évitera le déclin de notre Terre. Et c’est ce à quoi s’attellent les Hulot, Piccard, Greta Thunberg et l’ensemble des partis et acteurs verts qui ont été promus par les citoyens pour cette mission.

En revanche, rares sont les leaders, les visionnaires et particulièrement nos politiques qui nous proposent un modèle économique à cette décroissance, car enfin il faudra bien que les citoyens gardent un emploi pour leurs besoins vitaux et ne pas se retrouver aux crochets des États. Un exemple: les pertes d’emplois de plus ou moins 20% (soit environ 200000 personnes selon le pays) ces prochaines années dans le secteur automobile dues à la transition électrique en France et en Allemagne, ces voitures nécessitant moins de main-d’œuvre car moins complexes que celles à moteur thermique.

Moins consommer signifie moins de production et par conséquent moins d’emplois. Certes, je pense qu’il y a des solutions et des compensations pour permettre de générer une économie de la décroissance. C’est-à-dire faire de la décroissance un modèle économique générant des emplois. Pour cela, il faudra rémunérer décemment les nouveaux métiers de la décroissance, car ceux-ci nécessitent des connaissances plus complexes qu’il n’y paraît, et les rétribuer comme le sont ceux de la croissance.

«Mais, bon Dieu, qu’on ne se contente pas de nous vendre des taxes!»

Les investissements plus écologiques nécessitent également des ressources financières. Prenons par exemple les commerces de proximité d’épicerie en vrac: ce ne sont plus de simples étagères dont ils auront besoin mais de nombreux récipients nécessitant plus de manipulations, etc. Moins de plastique nécessitera un procédé de production différent pour des emballages plus écologiques et peut-être plus complexes.

On peut multiplier les exemples et peut-être que ceux-ci ne seront pas suffisants pour compenser l’économie. Mais, bon Dieu, qu’on nous en parle, qu’on rassure ou pas les citoyens sur ce modèle, et qu’on ne se contente pas de nous vendre des taxes! Depuis les années 1990, l’Europe a quasiment bradé l’économie secondaire, voire tertiaire, à l’Asie. Il s’agirait de reconsidérer également la valeur ajoutée de l’économie locale, car après tout nous sommes tout aussi capables de manufacturer nos panneaux solaires, par exemple.

Les citoyens ne veulent certainement pas devenir les dindons de la farce et se voir retirer leur activité sans avoir une chance d’en retrouver une autre, même si cela engendre des transitions professionnelles – auxquelles d’ailleurs nous sommes de plus en plus familiarisés. L’augmentation de la population mondiale de 2milliards d’individus d’ici à 2050 est également une préoccupation liée. Nos élus et leaders d’opinion se doivent de nous apporter des réponses sur ce thème crucial pour ne pas finir par une décroissance non seulement de la Terre mais de l’humain.

Créé: 20.01.2020, 06h49

Pascal Vionnet, consultant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.