La nationalité des suspects, une pomme de discorde

Carte blancheDaniel Cornu fait le point sur ces pratiques en partant d'une récente décision de le police de la ville de Zurich.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La police de la ville de Zurich innove. Dans ses communiqués, elle ne mentionne plus de manière systématique la nationalité des personnes qu’elle appréhende. Les amalgames sont courants entre l’origine des auteurs d’actes répréhensibles et la population immigrée. Ils conduisent à des généralisations, considérées comme propres à alimenter un discours de caractère raciste. L’intention est louable. Mais est-ce vraiment la bonne solution?

Depuis 2000, des recommandations de la Conférence des commandants des polices cantonales prévoient la divulgation par les agents de police de la nationalité des personnes interpellées. Son secrétaire général Roger Schneeberger, cité par Le Temps, justifie la pratique au nom de la transparence: «Il ne faut pas cacher des informations à la population, au risque de renforcer les ressentiments».

La pratique policière s’accorde sur ce point avec celle des journalistes, premiers porteurs des informations au public. Leur code de déontologie range parmi les discriminations la désignation de l’appartenance ethnique ou nationale, ainsi que de l’origine, en particulier lorsqu’elle généralise des jugements de valeur négatifs et qu’elle renforce ainsi des préjugés. Un moyen simple d’éviter un traitement discriminatoire dans les médias est de donner les mêmes renseignements sur les auteurs présumés – ordinairement l’âge, l’origine et le domicile –, qu’ils soient des ressortissants suisses ou étrangers.

Le débat laisse ouvertes trois questions au moins. Une première se réfère à la nouvelle pratique de la police zurichoise. Une étude relayée par la Ville de Zurich évoque une corrélation entre la publication de la nationalité d’un délinquant étranger et la création d’un sentiment xénophobe. Or, selon Martin Killias, ancien directeur de l’Institut de criminologie de l’Université de Lausanne et actuel professeur de droit pénal à Saint-Gall, «aucune étude n’a jamais établi la causalité admise par la police zurichoise» (cité par Le Temps).

Une deuxième question concerne la divulgation de l’origine d’un étranger devenu Suisse par l’obtention de la naturalisation. Elle provoque à chaque fois la controverse. La mention de l’origine peut constituer un élément d’information dans certains cas; elle est le plus souvent l’indice d’une intention de stigmatiser un groupe minoritaire.

Une troisième question tient à la forme. Plus précisément à l’exploitation de l’information dans les médias. Le signalement de la nationalité (ou de l’origine) peut certes contribuer à apporter une explication à certains actes: ainsi, exemple avancé par Martin Killias, les agressions sexuelles à Cologne lors de la nuit de la Saint-Sylvestre de décembre 2015. Lourdement souligné, porté par de gros titres, le même signalement s’en éloigne et prend vite un caractère discriminatoire. L’équilibre est rarement facile à trouver. (24 heures)

Créé: 15.12.2017, 14h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Macron et la France bloquée. Paru le 21 avril 2018.
(Image: Valott) Plus...