Oui, malheureusement, il y a des pauvres en Suisse!

L’invitéIhsan Kurt rappelle la notion d'«existence conforme à la dignité humaine» figurant dans la Constitution fédérale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si si, que l’on veuille l’entendre ou pas, hélas il y a des pauvres en Suisse, pays parmi les dix plus riches de notre planète. Dans la lutte contre la pauvreté, nous ne sommes pas si bien classés. Or, l’article 12 de la Constitution fédérale stipule que «quiconque est dans une situation de détresse […] a le droit d’être aidé et assisté et de recevoir les moyens indispensables pour mener une existence conforme à la dignité humaine». Cette conception de la dignité est élaborée déjà à l’époque des Lumières comme le principe de base de l’État de droit, qu’on ne peut pas minimiser au XXIe siècle. Kant considère cela comme une valeur essentielle, absolue, interdisant à «l’homme d’être traité comme une marchandise». Or, si on évalue la situation réelle de certains groupes spécifiques en Suisse, selon les données de l’Office fédéral de la statistique (OFS) et des études de Caritas Suisse, nous ne pouvons que constater le non-respect de ce principe de base.

Selon un rapport récent de l’OFS, avec 8% de pauvres (environ 10% de la population) le taux de 2018 reste stable par rapport à 2017! Les groupes sociaux les plus touchés sont les familles monoparentales (19,3%), les étrangers extraeuropéens (17,5%), les personnes sans activité professionnelle (14,4%), les personnes sans formation postobligatoire (12,2%).

«La lutte contre la pauvreté reste une tâche essentielle de l’État social»

Le 31 janvier dernier, au Forum de politique sociale de Caritas, on rappelait qu’en Suisse 12% de la population, soit près d’une personne sur huit, a des difficultés à joindre les deux bouts. L’œuvre d’entraide tire la sonnette d’alarme face aux réductions dans le système d’aide sociale, «dernier filet de sécurité» pour les personnes touchées par la pauvreté.

La lutte contre la pauvreté reste une tâche essentielle de l’État social, État de droit pour la cohésion sociale. Dans les politiques de prévention de la pauvreté et de la réduction des inégalités, la démocratisation des politiques publiques reste un défi permanent essentiel. À savoir que l’accès aux prestations publiques comme le logement, l’aide sociale, les prestations complémentaires est un véritable combat pour des familles, des jeunes sans formation, des personnes âgées, des familles monoparentales et des migrants qui connaissent peu leurs droits.

Les personnes les plus précaires font face à un système d’aide sociale qui devient de plus en plus complexe et difficilement accessible. La droite populiste ne cesse de faire des tempêtes dans un verre d’eau, d’attaquer l’aide sociale systématiquement par des discours sur «les fraudes», qui ne représentent que 2% des cas au total. Alors qu’au lieu de dépenser pour des mesures sécuritaires il faudrait développer des moyens de communication adaptés en vue de lutter contre la stigmatisation des pauvres, de les faire sortir de l’ombre afin qu’ils bénéficient de leurs droits. Face à la complexité du système, du manque d’information adaptée aux besoins et de la crainte d’être stigmatisés, car les gens ne se projettent pas sur leurs droits. Comme ce n’est pas du tout une volonté d’être à l’aide sociale, ça ne devrait pas être un délit non plus.

Créé: 24.02.2020, 06h43

Ihsan Kurt, conseiller communal PS à Prilly, spécialiste en migration et interculturalité.

Articles en relation

Appel de Caritas contre la pauvreté des enfants

Politique sociale L’organisation demande l’introduction dans tout le pays de prestations complémentaires pour les familles, comme cela se fait sur Vaud et Genève. Plus...

En 20 ans, le Point d’Eau Lausanne a vu la précarité s’étendre

Pauvreté La «clientèle» de la fondation créée en 1999 a changé au fil du temps. Les prestations ont été multipliées par sept. Plus...

L’épargne des plus riches dépasse le revenu disponible des plus pauvres

Consommation La situation financière varie fortement d’un ménage à l’autre. Nous vous proposons un test pour connaître la vôtre. Plus...

Chez nous, les pauvres se cachent pour vivre

L'invité René Knüsel rappelle qu'en Suisse, des centaines de milliers de personnes n'ont pas le sou. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.