Passer au contenu principal

Le parlement fédéral représente-t-il la population?

Jacques Neirynck s'interroge sur la composition des Chambres fédérales.

La question est de pure forme car, à consulter les chiffres, c’est non. Tout d’abord, le quart de la population résidante est étrangère. À de rares exceptions près, c’est un record mondial. La Suisse est davantage terre d’immigration que les États-Unis ou le Canada. Ensuite, la moitié des électeurs inscrits s’abstiennent. Il reste 37,5%de votants. Avec moins de 20%de résidents représentés, on constitue une majorité.

Cette minorité de fait a-t-elle élu le nouveau parlement fédéral en proportion des classes de la société?

Sur les 246parlementaires, il y a 151hommes et 95femmes. En matière d’âge, c’est encore plus criant: il n’y a que sept parlementaires de moins de 30ans: il manque 44parlementaires pour représenter statistiquement cette classe d’âge. Idem à l’autre bout de l’échelle. Il n’y a qu’un parlementaire de plus de 69ans: il en manque 37. En revanche, la classe 50-69ans comporte pas loin d’une centaine de représentants de trop.

Cette sous-représentation des jeunes et des aînés a deux causes différentes. En dessous de 30ans, les jeunes sont souvent préoccupés par le lancement de leur carrière professionnelle, qui ne leur laisse que peu ou pas de disponibilités pour passer chaque année 100jours à Berne. Quant aux aînés, déjà retraités et totalement disponibles, les partis ont tendance à les éliminer sous prétexte de laisser la place aux jeunes, ce qu’ils ne font pas.

«Les professions libérales, les chefs d’entreprise, les paysans, peuvent plus facilement organiser leur charge de travail qu’un employé»

Le dogme du parlement de milice joue un mauvais tour. En supposant qu’un parlementaire doive vraiment gagner sa vie par une activité professionnelle et que son activité politique ne soit qu’un à-côté, une sorte de hobby, on élimine de fait des catégories professionnelles au bénéfice d’autres. Les professions libérales, les chefs d’entreprise, les paysans, peuvent plus facilement organiser leur charge de travail qu’un employé ou un ouvrier au bas de l’échelle. Ces derniers sont donc les grands absents. On le confirme en comparant les formations: il n’y a aucun représentant de ceux qui n’ont fait que l’école obligatoire, il en manque des dizaines pour ceux qui ont fait un apprentissage alors qu’il y a une légion d’universitaires de trop.

Que conclure? Certes, aucun parlement au monde ne représente un échantillonnage statistiquement correct de la population. La seule façon serait de le tirer au sort. Un parlement composé surtout de quinquagénaires et de sexagénaires adopte une vue des problèmes conforme à ses intérêts et à ses préjugés. Assez souvent, une loi votée par cette assemblée est combattue en référendum et annihilée. Le pouvoir réel appartient au souverain populaire. Le parlement fédéral est surtout une chambre de réflexion qui propose et ne dispose pas. Comme la Suisse est le pays le plus prospère, elle démontre que le parlement n’a pas besoin d’être représentatif.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.