Passer au contenu principal

Un parlement plus féminin qui doit combattre les violences sexuelles

Manon Schick demande une réforme du Code pénal pour que tout acte sexuel non consenti puisse être adéquatement puni.

Chaque jour, des dizaines de femmes et de jeunes filles subissent des violences sexuelles dans notre pays. L’an dernier, la police a recensé 4500 victimes de délits à l’encontre de l’intégrité sexuelle, dont 84% de femmes. Or, ces chiffres ne sont que la pointe de l’iceberg. L’enquête menée au printemps par l’institut GfS.bern, mandaté par Amnesty International, a révélé que seules 10% des femmes qui subissent des actes sexuels non consentis se rendent à la police.

La grande majorité des femmes concernées se taisent. Par honte et par peur de ne pas être crues et de ne pas obtenir justice. Chaque victime est une victime de trop. Et chaque agression passée sous silence montre que notre système judiciaire ne fonctionne pas: des milliers d’auteurs de viols ne sont jamais poursuivis et des milliers de victimes n’obtiennent jamais justice.

«Notre système judiciaire ne fonctionne pas: des milliers d’auteurs de viols ne sont jamais poursuivis et des milliers de victimes n’obtiennent jamais justice»

La définition du viol dans le Code pénal est complètement dépassée. Malheureusement, jusqu’à maintenant, ce problème n’était pas considéré comme prioritaire par nos autorités. Les conseillers aux États qui travaillent à la révision de la définition du viol sont… trois hommes. Et le Conseil fédéral a répondu aux interpellations déposées par plusieurs femmes parlementaires en juin dernier en disant qu’il n’était pas nécessaire d’inclure la notion du consentement mutuel dans la loi. Le sexe non consenti ne sera donc toujours pas puni comme un viol.

Jeudi, à l’occasion des seize jours d’action contre la violence à l’égard des femmes, Amnesty International a déposé une pétition munie de près de 37'000 signatures auprès de la ministre de la Justice, Karin Keller-Sutter. Nous demandons à nos autorités de prendre rapidement des mesures efficaces contre les violences sexuelles. Nous exigeons une réforme du Code pénal pour que tout acte sexuel non consenti puisse être adéquatement puni.

Un problème prioritaire

Au moment où débute une nouvelle législature, nous mettons tout notre espoir dans un parlement plus féminin qu’auparavant. Les femmes représentent 42% des élus au Conseil national et 26% au Conseil des États, un record dans l’histoire suisse. Elles se montreront certainement plus sensibles à la question des violences sexuelles, qui frappent majoritairement les femmes. Ce problème qui concerne des milliers de personnes dans notre pays doit enfin être considéré comme une priorité.

Sinon, une nouvelle fois, ce seront les femmes qui devront attendre. Une nouvelle fois, la Suisse risque de se retrouver la lanterne rouge de l’Europe en ce qui concerne les droits des femmes. Nous attendons un signal fort de notre conseillère fédérale Karin Keller-Sutter et du nouveau parlement. Il faut inscrire le consentement dans la loi: seul un oui est un oui!

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.