Payer moins pour mieux se soigner

L'invitéHadrien Buclin est tout à fait acquis à l'initiative pour le remboursement des soins dentaires.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’initiative pour le remboursement des soins dentaires soumise au vote dans quelques jours permettra à la population de payer moins cher pour sa santé bucco-dentaire. Le salarié au revenu de 5900 francs brut par mois sera assuré pour 28 francs mensuels au maximum (probablement moins). Ce montant inclut la couverture des enfants. Pour une personne dont le revenu est inférieur à ce salaire médian, l’assurance sera encore moins chère. Elle sera même gratuite pour les retraités. Et surtout, avec cette assurance publique, finie la crainte qu’un lourd traitement dentaire amène de gros soucis financiers!

Magique? Non, il s’agit simplement de mettre en œuvre le même modèle d’assurance que pour la très populaire AVS, avec des cotisations proportionnelles au revenu et une modeste participation de l’employeur. Une proposition solide, qui convainc au-delà des rangs de la gauche puisque des personnalités de droite, le PDC et plus d’une centaine de médecins vaudois la soutiennent. Tous sont conscients que même quand on ne fait pas partie de ces 7,5% de la population devant renoncer au dentiste faute de moyens, les soins dentaires pèsent aujourd’hui trop lourdement sur le pouvoir d’achat et amènent à rogner dans d’autres dépenses utiles.

Le large soutien des médecins s’explique aussi par le lien reconnu entre santé bucco-dentaire et prévention de graves maladies, par exemple cardiovasculaires. Comme avec cette assurance personne ne renoncera désormais à soigner ses dents, des maladies pourront être évitées, ce qui contribuera à freiner la hausse des coûts de la santé. À terme, le coût par habitant de la santé bucco-dentaire diminuera pour les mêmes raisons liées à une meilleure prévention.

Une partie des dentistes se montrent méfiants face à l’initiative car ils craignent un certain contrôle public sur leurs tarifs. Qu’ils se rassurent, les initiants ne leur dénient en aucun cas le droit de bien gagner leur vie grâce à l’excellent travail fourni au service de la santé bucco-dentaire de la population! Certes, l’assurance amènera sans doute quelque régulation dans la tarification, à l’image de ce que connaissent les médecins. Mais les dentistes bénéficieront aussi d’un afflux de nouveaux patients, puisque aujourd’hui des milliers de personnes renoncent à soigner leurs dents pour des raisons financières: d’un strict point de vue commercial, l’initiative est donc loin d’être négative pour la profession.

En somme, la population vaudoise a l’occasion aujourd’hui de faire œuvre de pionnier au niveau suisse avec une avancée sociale majeure en matière de santé publique, qui ne manquera pas d’inspirer d’autres cantons. Puisse cette occasion être saisie le 4 mars prochain! (24 heures)

Créé: 13.02.2018, 15h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Laeticia et l'héritage de Johnny
(Image: Valott) Plus...