Lausanne: une politique sans rêve ni ambition

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On ne peut pas reprocher à Lausanne de ne rien faire en matière de culture. La diversité de l’offre proposée au public, comme l’ampleur des soutiens octroyés aux institutions ainsi qu’aux créateurs, placent la quatrième ville de Suisse au rang des plus généreuses du pays, voire d’Europe, avec 597 francs par habitant. Cette réalité lui vaut parfois des jalousies, mais le plus souvent des honneurs: ses musées, ses théâtres, ses compagnies de danse et ses ensembles musicaux font rayonner très loin le nom de la capitale vaudoise.

L’exercice quinquennal réalisé hier par le syndic laisse toutefois pantois. Avec une telle réputation et à l’heure de préparer l’avenir, Lausanne et son chef de la Culture peuvent-ils se contenter d’entériner l’existant, d’investir dans la pierre ou d’adouber des projets livrés clés en main? Certes, les finances de la Ville sont difficiles. Et, en matière de culture, Lausanne paie aujourd’hui encore le prix des ambitions frénétiques des années 1980 à 2000. La facture est lourde et il reste encore des scènes alternatives (développées dans le sillage des grandes institutions) qui réclament une assise solide. Doit-on pour autant chasser complètement le rêve? Il y a clairement un manque d’envergure affiché par cette Municipalité qui, depuis le début de la législature, s’est passé le dicastère de la culture comme une patate chaude. Hier, par exemple, c’est presque à reculons que la création d’une Maison du cinéma a été défendue par Daniel Brélaz. Il s’agit, pourtant, d’un projet fédérateur, idéal pour poser un acte volontariste dans une feuille de route politique. Un programme qui – c’est regrettable – se cantonnera encore quelque temps à de la simple gestion culturelle.

Créé: 15.01.2015, 22h37

(Image: DR)

Articles en relation

L’avenir culturel en gestation

Lausanne La capitale vaudoise et son syndic, Daniel Brélaz, ont élaboré le cadre politique pour le développement de la culture d’ici à 2019. Plus...

Faut-il promouvoir la «culture alternative»?

L'invité Olivier Delacrétaz, président de la Ligue vaudoise et éditorialiste à La Nation, évoque le soutien lausannois à l'espace autogéré ce César-Roux. Plus...

«Vidy est un lieu de débat»

Théâtre Le style de Vincent Baudriller peut déranger, mais il vise un sang neuf. Bilan et suite du menu. Plus...

Le Bellevaux s’offre un lifting dans l’art et essai

Lausanne Après travaux, la salle lausannoise légendaire se relance et se diversifie. Etat des lieux avant l’ouverture. Plus...

«L’Art Brut dans le monde», dernière expo de Lucienne Peiry

Lausanne De la Balinaise Ni Tanjung à l'Allemand Gustave Mesmer, la dernière sélection de Lucienne Peiry est à voir du 6 juin au 2 novembre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.