Non à la précarisation du travail enseignant!

L'invitéGilles Pierrehumbert défend les conditions de travail dans le secteur public vaudois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le député PLR Nicolas Croci-Torti, enseignant et doyen, a porté un mauvais coup à ses collègues et à l’école avec sa motion «Pour un accompagnement actuel et adapté du corps enseignant vaudois». Ce texte est la rampe de lancement d’une loi d’exception contre le personnel enseignant. Elle forme avec le projet d’autonomisation du CHUV une attaque frontale contre les conditions de travail dans le secteur public vaudois.

Ces projets, s’ils aboutissent, conduiront à l’exclusion de la loi sur le personnel de l’État de Vaud de 20'000 salarié·e·s des secteurs hospitalier et enseignant, ce qui reviendrait à liquider cette loi à brève échéance.

«Ce qui manque à l’école, ce sont des enseignant·e·s plus nombreux·ses, dont les qualifications académiques et pédagogiques doivent être effectivement reconnues et développées»

Pour M. Croci-Torti, les enseignant·e·s auraient des conditions de travail et de protection trop favorables, au point de leur permettre des formes de désobéissance insuffisamment sanctionnées. L’enquête sur la santé des enseignant·e·s publiée en août 2017 et le taux d’abandon de la profession dans les premières années d’activité lui donnent pourtant tort. La formation demeure attractive, mais pas le métier.

Peu lui en chaut. Il en appelle à la politique du siège éjectable (CDD renouvelables tout au long de la carrière au lieu de CDI), aux valeurs de la carotte et du bâton (promotion versus sanction), et au renforcement du pouvoir entrepreneurial des directions en leur confiant les pouvoirs d’engagement et de licenciement (aujourd’hui en mains du département pour garantir une certaine égalité de traitement à l’échelle cantonale).

Ce qui manque à l’école, ce sont des enseignant·e·s plus nombreux·ses, dont les qualifications académiques et pédagogiques doivent être effectivement reconnues et développées. Aucun·e travailleur·euse, enseignant·e·s compris·e·s, ne souhaite plus de hiérarchie, plus de bureaucratie, ou plus de précarité.

Reconnaissance et autonomie

Le rapport de travail est éminemment politique. Il y est toujours question de la répartition du pouvoir entre celles et ceux qui travaillent et celles et ceux qui commandent. Nous défendons l’idée que la balance doit pencher le plus possible du côté des premier·e·s, qui sont les plus fragiles et dont les droits doivent être protégés.

La qualité de l’école ne dépend pas tant du contrôle et de la contrainte qu’exerce l’encadrement que de la reconnaissance du travail de celles et ceux qui font l’école, de l’autonomie effective des équipes enseignantes et des relations qu’elles construisent avec les élèves et les parents.

Nous combattrons avec énergie toute tentative de dégrader nos conditions de travail. Nous lutterons avec la même énergie pour construire une école démocratique, émancipatrice et critique, car celle d’aujourd’hui ne l’est pas assez, ni pour les enseignant·e·s ni pour les élèves.

Créé: 07.03.2019, 06h44

Gilles Pierrehumbert, président de la Société vaudoise des maître·sse·s secondaires (SVMS) et secrétaire fédéral SUD (Fédération syndicale regroupant des associations de personnel régi par la législation cantonale).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.