Passer au contenu principal

Une réforme plus juste qu’il n’y paraît

Claude Béglé invite à accepter Prévoyance vieillesse 2020, le 24 septembre prochain.

Comment assurer une retraite décente à tous ceux qui ont trimé toute leur vie avec un revenu modeste, à toutes celles qui ont travaillé à temps partiel pour s’occuper de leurs enfants? Le défi financier est colossal. Et notre système est malheureusement imparfait. Après 18 ans de statu quo, Prévoyance 2020, réforme sur laquelle nous allons voter le 24 septembre, apporte des améliorations qu’il faut savoir saisir. La question de la retraite est sans doute une des plus épineuses pour notre désir de justice sociale. Environ un tiers des rentiers, essentiellement des femmes seules et des personnes ayant travaillé comme indépendant, n’ont que le 1er pilier (AVS), dont la rente moyenne est de 1855 francs (OFAS).

La dernière réforme des retraites date de 1995. Depuis, les besoins ont augmenté: loyers et espérance de vie sont à la hausse. Alors que les ressources baissent: les placements financiers, dans lesquels l’argent des retraites est investi, ne rapportent presque plus rien. Non seulement la situation des retraités modestes n’a pas été améliorée, mais le déficit menace désormais tout le système.

Aujourd’hui, il faut sauver les meubles. Sept ans se sont écoulés depuis l’échec de la dernière réforme. Sept ans de négociations avec tous les partis ont été nécessaires pour aboutir à la proposition actuelle. Et en cas de rejet, il faudra sans doute sept ans pour élaborer un autre projet.

Prévoyance 2020 est un compromis qui a le mérite d’exister. D’un côté, tout le monde participe à l’effort: âge de la retraite unifié à 65 ans (les femmes), cotisations AVS augmentées (tous les salariés et patrons), TVA augmentée (tous les consommateurs), taux de conversion baissé (tous les détenteurs d’un 2e pilier).

De l’autre côté, tout le monde reçoit quelque chose, et notamment les retraités les plus désavantagés. Prévoyance 2020 garantit à tous le financement de l’AVS jusqu’en 2039, ce qui n’est pas rien. De plus, la réforme accorde à chaque retraité vivant seul 70 francs par mois. Cela peut permettre de payer une facture inattendue, d’aller au restaurant, de s’offrir un cours de gym. Les couples, qui ne touchent actuellement qu’une rente AVS et demie pour deux, recevront une compensation de 226 francs par mois.

Enfin, Prévoyance 2020 introduit une flexibilité fort appréciable. Entre 62 ans et 70 ans, chacun pourra moduler son temps de travail et continuer à cotiser pour renforcer sa retraite, ce qui est nouveau. Actuellement, un tiers des hommes travaille au-delà de 65 ans. La préretraite, quant à elle, pourra se faire dès 62 ans à de meilleures conditions.

Prévoyance 2020 est une réforme à facettes multiples. Elle sauve le système tout en essayant d’être le plus juste possible et en répondant aux évolutions de notre société. Soutenons-la!

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.