Pour des Renseignements aptes à remplir leur mission

L'invitéLe conseiller national PDC Claude Béglé nous explique pourquoi il faut accepter la nouvelle loi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On croirait à un canular: nos Services de renseignement ne peuvent actuellement rechercher des informations en Suisse «que si elles sont publiques, accessibles à tous ou disponibles auprès d’autres Autorités»! Ça ne fait pas très sérieux.

Notre pays a été tellement traumatisé par le scandale des fiches qu’il s’est fourvoyé dans une sorte d’impasse. Dans le contexte actuel de crises au Moyen-Orient et en Afrique de l’Est, d’extrémisme violent et de terrorisme international, il s’avère impératif et urgent de renforcer les moyens de nos Services de renseignement.

Avec cette nouvelle loi, nos Services de renseignement pourront lire la correspondance postale, procéder à des écoutes téléphoniques et surveiller ce qui se passe sur Internet ou au travers des réseaux sociaux.

Autant de choses impossibles jusqu’à maintenant sur sol helvétique. Cela semble bien être le minimum face à des gens prêts à déclencher des bombes au milieu de civils innocents pour déstabiliser notre société occidentale.

Il faut bien renforcer la capacité d’agir de FedPol, ne fût-ce que pour mener un dialogue constructif avec les autres pays

Bien sûr, des garde-fous pour éviter tout abus sont prévus: accord préalable du Tribunal administratif fédéral et de trois conseillers fédéraux, contrôle a posteriori d’une Commission indépendante et surveillance parlementaire. On serait presque tenté de se demander si les services concernés parviendront à intervenir avec la rapidité nécessaire face à une menace imprévisible et protéiforme.

Ce cadre est toutefois nécessaire pour assurer un équilibre entre la protection de notre sécurité publique et celle de notre sphère privée. A ce titre, il est essentiel que les recherches des Services de renseignement soient ciblées et non pas génériques (choix des mots-clés par exemple). Il en va de notre liberté, mais aussi de l’attractivité de notre pays en tant que coffre-fort numérique par exemple.

Enfin, cette loi favorisera notre collaboration internationale. Les forces de police sont essentiellement du ressort des cantons qui disposent de moyens bien supérieurs à ceux de la Confédération. Certains rechignent d’ailleurs à partager ce pouvoir avec l’Etat fédéral. Cependant, il faut bien renforcer la capacité d’agir de FedPol, ne fût-ce que pour mener un dialogue constructif avec les autres pays. Car on voit mal les cantons aller négocier directement et en ordre dispersé des partenariats avec les services secrets étrangers!

Pour toutes ces raisons et en particulier pour protéger l’intégrité de notre pays et de ses valeurs, il nous faut voter clairement oui à la loi sur le renseignement. (24 heures)

Créé: 14.09.2016, 17h10

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...