Passer au contenu principal

Le retour des barbouzes à l’Élysée

Chaque président a sa part d’ombre. Celle d’Emmanuel Macron vient d’être révélée au grand jour. Elle a pour nom Alexandre Benalla. Garde du corps pendant la campagne du candidat d’En Marche, celui qui est aujourd’hui adjoint au chef de cabinet présidentiel a été filmé avec casque et brassard de policier en train de molester un, voire deux manifestants du 1er Mai à Paris.

Licencié sous la pression et placé en garde à vue vendredi, faisant l’objet de trois enquêtes – de la police des polices, de la justice et d’une commission d’enquête parlementaire – ce très proche du président, dont le visage apparaît si souvent à ses côtés, a déclenché un de ces scandales qui éclaboussent régulièrement les ors de l’Élysée.

Sans aucun droit d’intervenir sur la voie publique, portant des effets d’un service d’ordre auquel il n’appartient pas, ce jeune homme a le profil du parfait barbouze, à savoir un homme de main qui agit en marge de la légalité.

Le général de Gaulle disposait du Service d’action civique, le SAC, une police parallèle qui n’hésitait pas à «casser de l’opposant». La tuerie d’Auriol, un règlement de comptes interne, mettra fin à cette garde noire du gaullisme, dont un des fondateurs fut Jacques Foccart, l’homme des fameux réseaux et secrets qui mirent l’Afrique aux ordres de Paris. Tous les présidents qui ont suivi ont eu à leur tour leur «cabinet noir», avec leurs patrons de «police parallèle» – Gilles Ménage, Christian Prouteau sous Mitterrand, Yves Bertrand sous Chirac, Bernard Squarcini sous Sarkozy – avec à leurs côtés ces hommes à tout faire qui disposent d’un pouvoir sans en avoir la moindre légitimité.

Alexandre Benalla est un petit gibier de cette faune interlope. Il était pourtant logé dans une dépendance de l’Élysée, disposait d’une berline de chef de police et côtoyait le couple Macron aux petites et grandes occasions. «Qu’est-ce qui se passe?» demandait Rudolphe dans le film «Les barbouzes» de Georges Lautner. Et Madame Pauline de répondre: «Accident de parcours!»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.