Passer au contenu principal

Le silence assourdissant des Eglises sur les massacres de chrétiens

Le théologien Daniel Marguerat regrette le manque de réaction de la communauté religieuse.

Le nom de Garissa, au Kenya, était inconnu de tout le monde jusqu’à ce 2 avril où 158 étudiants chrétiens ont été assassinés par un commando islamiste. Il y a quelques jours, Daech a mis en ligne des vidéos montrant la décapitation au couteau de chrétiens éthiopiens et égyptiens.

Il n’y a pas à douter que la stratégie de l’Etat islamique répond à plusieurs impératifs: leurs victimes paient le prix d’un conflit global qui s’inscrit au niveau politique et économique. Les interventions militaires occidentales en Irak, en Libye et en Afghanistan ont été ressenties comme une insupportable colonisation. Il n’empêche que ces hommes et femmes assassinés l’ont été parce qu’ils étaient chrétiens. Le nombre de musulmans exécutés parce qu’ils étaient considérés comme de mauvais croyants reste, dans les tueries que j’ai citées, dérisoire.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.