La stratégie énergétique fédérale est dans l’impasse

L'invitéJean-Marc Blanc revient sur la problématique de l’approvisionnement de la Suisse en électricité.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Moins de deux ans après la votation de mai 2017 sur la Stratégie énergétique 2050 (SE 2050, acceptée par 58,2% de oui), la commission du Conseil national chargée de l’énergie (CEATE-N) a récemment rédigé une motion exprimant ses vives inquiétudes quant à l’évolution de la SE 2050. Elle pointe notamment la problématique de l’électricité. Peu reprise par les médias, l’affaire n’en est pas moins très surprenante.

La motion fait au Conseil fédéral une demande qui laisse pantois: garantir l’approvisionnement en électricité à long terme et clarifier les responsabilités. On peut donc en déduire que cela n’avait pas été fait au départ.

Nos inquiétudes grandissent encore à la lecture des affirmations suivantes:

– «Les valeurs indicatives […] concernant l’énergie éolienne et l’énergie géothermique […] ne seront pas atteintes.»

– «Il y a une lacune s’agissant de la réalisation des objectifs de la Stratégie énergétique 2050 et de la garantie d’une part de production indigène adéquate en vue d’assurer la sécurité de l’approvisionnement.»

– «Plus aucun consensus n’existe en ce qui concerne la responsabilité globale à l’égard de la sécurité d’approvisionnement en électricité.»

– «La consommation d’électricité pourrait ne pas évoluer comme prévu.»

Traduction: en dehors du solaire, les objectifs ne seront pas atteints par l’éolien et le géothermique, la sécurité de l’approvisionnement ne sera pas assurée, la consommation d’électricité va augmenter plus vite que prévu et c’est la pagaille en ce qui concerne les responsabilités de l’approvisionnement.

En gros, plus personne ne maîtrise la situation.

Sous le coup des émotions et des pressions idéologiques, la Confédération a bâclé sa stratégie énergétique et n’a jamais précisé comment elle comptait la mettre en œuvre et à quels coûts. À force de vouloir combattre à la fois le nucléaire et le fossile, vouloir le beurre et l’argent du beurre, elle s’est mise dans une pétaudière dont elle n’est pas près de sortir.

Cela pourrait réjouir ceux qui ont combattu la SE 2050 pour s’opposer notamment à la destruction des paysages et de la biodiversité par l’industrie éolienne. Mais gageons que l’impasse actuelle n’a que peu de chances de rendre nos autorités plus clairvoyantes. La tentation, comme en France, de modifier les règles du jeu chatouille déjà l’esprit de certains politiques.

Le pire serait que, prétextant l’urgence climatique, les autorités soient tentées de recourir à des mesures d’urgence afin de démontrer leur engagement pour la cause. Les conséquences pourraient être dramatiques pour la démocratie et la paix sociale, mais les questions énergétiques ne seraient pas résolues pour autant.

Créé: 03.06.2019, 06h52

Jean-Marc Blanc, secrétaire général de l'association Paysage-Libre Vaud.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.