Passer au contenu principal

L'invitéLa symbolique usurpée des éoliennes

Jean-Marc Blanc estime que les grandes hélices ne sont pas les bons emblèmes pour évoquer la lutte en faveur du climat.

Pour illustrer un article ou une émission traitant des énergies renouvelables, les médias choisissent presque systématiquement des images d’éoliennes. L’un des derniers cas porte sur une information selon laquelle trois quarts de l’électricité utilisée en Suisse serait d’origine renouvelable (RTS, 18 février 2020).

Mais en lisant l’article on peut s’interroger sur la pertinence de son illustration. En effet, si l’hydraulique (67,95%) est bien mis en avant, l’éolien n’est qu’à peine mentionné. Et pour cause, puisque sa part est insignifiante (0,2%), loin derrière le solaire.

Alors pourquoi cette omniprésence visiblement injustifiée des éoliennes dans les médias?

Pas très facile de trouver des illustrations suffisamment accrocheuses pour les nouvelles énergies renouvelables. Il est vrai qu’une énorme cuve à purin, des panneaux solaires noirâtres ou un forage géothermique hérissé de machineries rappelant l’industrie pétrolière n’ont pas grand-chose de séduisant.

Au contraire, l’éolienne blanche et élancée, entourée d’enfants gambadant au milieu d’une prairie bucolique, a une réelle teneur symbolique: la technologie, le changement, l’avenir de nos enfants, et j’en passe.

Et les bibliothèques d’images ne manquent pas, puisque les lobbys éoliens engagent à cet effet de gros moyens financiers. Ils tapent ainsi sur le clou pour convaincre les médias que les éoliennes ont un réel avenir en Suisse et qu’elles sont les seules à même d’illustrer la marche vers le tout renouvelable.

De son côté, le photovoltaïque est à la peine, bien que la Confédération affirme qu’il est désormais sa priorité. Selon ses dires, le photovoltaïque, en Suisse, pourrait à lui seul remplir les objectifs de la SE 2050 en matière de renouvelable. Il est vrai que les fabricants européens sont encore rares et que leurs moyens sont comparativement dérisoires par rapport à ceux des éoliens.

«On les retrouve partout: aussi bien dans les mains des manifestants que sur les sites internet»

Mais depuis quelque temps les éoliennes sont aussi utilisées pour symboliser la lutte pour le climat. On les retrouve partout: aussi bien dans les mains des manifestants que sur les sites internet. Comme si la multiplication des parcs éoliens allait améliorer le bilan carbone.

Y croire serait oublier qu’une éolienne n’est qu’une usine électrique qui dépend du vent et de son intermittence. La production annuelle d’une éolienne peine à dépasser les 20% de ses capacités maximales, et il faut impérativement prévoir quelque part d’autres usines susceptibles de démarrer au quart de tour pour compenser ses baisses et absences de production.

Ce ne sont pas nos quelques installations de pompage–turbinage qui fourniront les quantités nécessaires. Ce sont des usines, le plus souvent à l’étranger, nucléaires (pouah!) ou à carburants fossiles tels que le gaz ou, pire, le charbon (pouah, pouah!).

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.