Trois ans dans le palais présidentiel

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le meilleur livre sur la vie à l’Elysée est paru la semaine dernière. Pierre-Louis Basse signe Le flâneur de l’Elysée (Editions Stock), une plongée documentée et romanesque dans ce qui fut sa vie comme conseiller «grands événements» auprès de François Hollande. Trois ans dans le palais présidentiel de la République française. Un honneur qui ne se refuse pas même si on est fils de militants communistes, explique tout en drôlerie cet ancien journaliste sportif, qui ne manque jamais de convoquer le souvenir de ses géniteurs vendant L’Humanité sur les marchés de la banlieue rouge.

Comme le fait Patrick Modiano, qui se perd dans les rues de Paris pour en retrouver l’essentiel de l’âme par l’évocation des détails, Pierre-Louis Basse (qui cite souvent le Prix Nobel de littérature sans se comparer) avoue s’être fait «guéridon» pour mieux recueillir l’esprit qui flotte et traverse les portes dérobées de l’Elysée. Ce palais de la toute-puissance bleu-blanc-rouge qui ressemble, sous sa plume, à une pension de province ancrée au cœur de la ville monde, bruyante et colorée, mais totalement coupée d’elle. Hors du temps.

Et Pierre-Louis Basse de faire vivre une série de saynètes où l’on croise des chefs d’état-major de l’armée, des ministres en mal de reconnaissance, des conseillers influents et d’autres en déshérence, mais encore des huissiers, des balaises de la protection personnelle et des femmes de ménage. Tout un monde que l’ex-grand reporter radio restitue dans un récit précis, humaniste, drôle et intelligent.

Eh non, il n’a pas percé l’énigme François Hollande, même après avoir travaillé trois ans à ses côtés. Car c’est bien l’une des questions centrales qui innervent chaque intérêt à la politique française. Quelle est cette incompréhension et comment a-t-elle pu s’installer entre un président et ses concitoyens, y compris ceux de son propre camp? Le mystère Hollande est montré mais il n’est pas résolu.

En revanche, Pierre-Louis Basse réussit à restituer l’homme face à sa solitude dans l’exercice du pouvoir. La mort notamment y joue un rôle important. Un président français est ce politique – cas unique dans les démocraties – qui peut décider seul d’engager des opérations militaires. Dans le cas présent, François Hollande est aussi le chef d’un Etat occidental confronté aux attaques terroristes qui frappent des Français et sont perpétrées par d’autres Français. «Nous avions donné des armes à l’ennui», écrit Pierre-Louis Basse lorsqu’il décrit le vertige qui s’empare de l’Elysée découvrant les CV des terroristes qui ont attaqué Charlie Hebdo et de ceux responsables des attentats du 13 novembre.

A propos de CV, celui de Pierre-Louis Basse fait toute la différence. L’homme n’est ni énarque ni universitaire primé et prestigieux. Il n’est qu’un écrivain, autrefois journaliste de terrain, qui respire la culture et l’érudition française mais ne s’en sert pas comme un snobisme. On sait déjà qu’on relira Le flâneur de l’Elysée!

Créé: 30.09.2017, 11h05

Xavier Alonso, correspondant à Paris

Articles en relation

La réforme de la loi travail divise la France des syndicats

Emploi La réforme du marché du travail se fait en direction des PME. Déception des syndicats. Premier test pour le président Macron. Analyse. Plus...

En France, la loi travail sera connue à la «der des der»

Réformes Le gouvernement présente jeudi sa réforme du Code du travail. Méthodes et principes: décodage. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.