Passer au contenu principal

Urgence climatique, et la forêt du Flon dans tout ça?

Xavier Company milite pour la sauvegarde des arbres de Lausanne menacés par un projet routier.

Entre deux vagues de canicule, cet été, Lausanne s’est transformée en capitale européenne du climat. Le sommet «Smile for Future» a réuni 450 jeunes grévistes à l’Université de Lausanne pour débattre de cette mobilisation qui gagne en importance à travers le monde. Ils y ont élaboré la Déclaration de Lausanne sur le climat, ancrant un peu plus le canton de Vaud et sa capitale comme épicentres des mobilisations pour le climat.

Les milliers de manifestant·e·s qui envahissent régulièrement les rues lausannoises ont en effet vite convaincu les instances politiques de déclarer l’urgence climatique et d’agir pour le climat, malgré la teneur des débats du Grand Conseil, à majorité de droite, en début d’année. Tant le Canton que la Ville ont dès lors fièrement soutenu et aidé les grévistes à organiser ce sommet, en en profitant pour réitérer leur total soutien à la cause.

Mais, concrètement, que font-ils pour le climat au niveau local?

Alors que le Canton annonce un Plan climat depuis des mois, sans en montrer la couleur, la Ville vient de faire des annonces prometteuses avec notamment une volonté de neutralité carbone d’ici à 2030 et l’abandon de toute électricité de provenance nucléaire et fossile dès 2020.

Un des moyens pour réaliser ces objectifs et réduire les fortes canicules est la nature en ville. Mais un sujet est totalement ignoré des autorités, alors qu’il est fondamental en termes de cohérence climatique locale: la forêt du Flon, qui permet une coupure climatique et tempérée au centre-ville et la préservation d’un intéressant biotope. Depuis 2012, Canton et Ville entendent raser une grande partie de celle-ci pour construire une imposante route afin, prétendument, de dévier la circulation liée à la construction du tram et des bus à haut niveau de service, tous deux indispensables.

«La protection du climat se joue à tous les niveaux et il en va de la cohérence de la Ville et du Canton»

Les Vert·e·s lausannois·es demandent depuis le début des alternatives pour que ces transports publics voient le jour sans la création d’un nouvel axe routier majeur qui ne ferait qu’augmenter la circulation au centre-ville et en conservant la forêt, essentielle pour le milieu urbain.

Nos demandes sont restées vaines et la majorité du monde politique campe sur ses positions dignes des années 60, où la voiture était reine et la nature à écarter de la ville. Mais nous ne baissons pas les bras et interviendrons de nouveau en urgence au Conseil communal prochainement pour sauver cette forêt.

Comment pourrions-nous légitimement prétendre nous battre pour le climat mondial si nous ne sommes pas capables de protéger les arbres de notre ville? La protection du climat se joue à tous les niveaux et il en va de la cohérence de la Ville et du Canton de montrer un soutien réel à la vague qui soulève les foules depuis plusieurs mois en préservant cette forêt centenaire et en invitant les fans du bitume et de la voiture en ville à utiliser les nouveaux transports publics de qualité!

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.