Passer au contenu principal

Valls ne rachètera pas la blessure des «ploucs du PS»

Xavier Alonso, envoyé spécial à Poitiers, découvre le fossé entre la gauche et la gauche caviar...

Quel autogoal! Les commentateurs politiques français n’en reviennent pas. L’aller-retour de Manuel Valls entre Poitiers et Berlin pour assister à la finale de la Champions League samedi soir a offert à ses adversaires politiques une occasion en or pour tirer à vue sur ce premier ministre si prompt à donner des leçons de morale. «Indécence», «caprice», «perte du sens des réalités», accusent tous ces indignés de la République. Normal dans le jeu de l’alternance de la part des élus des Républicains qui ont eu leur lot de polémiques avec Nicolas Sarkozy! C’est donc coup pour coup.

Mais au-delà de la légitime controverse sur l’utilisation de l’argent public – Manuel Valls a décidé hier de rembourser 2500 euros pour ses enfants et mettre fin à la polémique – c’est la déception des militants socialistes, dont ceux présents à Poitiers, qui est terrible pour Manuel Valls. On ne rachète pas une blessure sentimentale!

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.