Passer au contenu principal

La voix infirmière veut être entendue

Martine Barraud milite pour des soins infirmiers de qualité, dans l'intérêt des tous.

Le 7 novembre 2017, plusieurs dizaines d’infirmières et d’infirmiers déposaient à la Chancellerie fédérale, à Berne, plus de 120'000 signatures en faveur de l’initiative «Pour des soins infirmiers forts».

Plus d’une année plus tard, force est malheureusement de constater que le Conseil fédéral continue de faire la sourde oreille à des revendications pourtant légitimes en vue du maintien d’un système de santé efficace et de qualité dans notre pays. Le 7 novembre 2018, un an jour pour jour après le dépôt du texte, il a ainsi annoncé qu’il rejetait l’initiative sans contre-projet, jugeant avoir déjà suffisamment renforcé les soins infirmiers.

Un rapide tour d’horizon permet cependant bien vite de constater que tel n’est absolument pas le cas. La pénurie de soignants qui se profile est préoccupante, car la Suisse forme bien trop peu d’infirmières et d’infirmiers diplômés.

Aujourd’hui, le nombre d’étudiantes et d’étudiants n’atteint même pas la moitié des effectifs nécessaires. Ce sont ainsi plusieurs centaines, voire milliers, de personnes supplémentaires qui devraient être formées aux soins infirmiers chaque année. De plus, il est primordial de continuer à maintenir la qualité de la formation initiale: des études montrent une nette corrélation entre le niveau de connaissances des infirmières et infirmiers et la sécurité des patientes et des patients.

«Le Conseil fédéral continue de faire la sourde oreille à des revendications pourtant légitimes pour le maintien d’un système de santé efficace et de qualité dans notre pays»

Si l’on ajoute à cela les très nombreux départs de professionnels après quelques années, déçus par des conditions de travail de plus en plus difficiles, dues à une pression croissante et aux difficultés à concilier vie professionnelle et familiale, on peut légitimement se demander qui pourra encore nous soigner en 2030.

Aujourd’hui, le plan d’action avec les quelques mesures envisagées par le Conseil fédéral est loin d’être suffisant pour garantir des soins infirmiers de haute qualité, en quantité suffisante et accessible à toutes et à tous.

En tant qu’infirmières et infirmiers, nous demandons que la profession soit rendue plus attrayante, avec davantage de pouvoir décisionnel, et permette à celles et ceux qui s’engagent avec passion dans cette voie d’accomplir leur travail dans des conditions adaptées aux exigences actuelles et futures. Les propositions de notre initiative demandent à la Confédération et aux Cantons d’y veiller.

C’est pourquoi, en tant que membres du comité de l’Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI) section Vaud, nous désirons être forts pour vous et plus que jamais déterminés à faire entendre notre voix pour la qualité des soins dans l’intérêt de toutes et tous!

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.