Voter non, pour un renvoi immédiat des criminels

L'invitéeIsabelle Moret explique que la loi d'application à la première initiative de l'UDC préparée par le Parlement est prête et tout à fait efficace.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Voter non à l’initiative, c’est voter pour le renvoi des criminels étrangers dès demain! En effet, suivant le mandat donné par le peuple lors de l’acceptation de l’initiative pour le renvoi des criminels étrangers en 2010, le Parlement a bien fait son travail. La loi d’application a été adoptée en mars dernier déjà. En cas de non le 28 février, elle entrera en vigueur. Avec à la clé un durcissement immédiat et l’introduction du renvoi systématique des criminels étrangers.

Car aujourd’hui, le choix n’est pas entre le statu quo et le doublon qu’est l’initiative dite de «mise en œuvre», mais entre l’original de l’UDC et son doublon. Je choisis l’original, prêt à l’emploi. Pour plus de sécurité et de prospérité!

Plus de sécurité d’abord. La nouvelle loi du Parlement est prête, ce qui évite un nouveau délai avant son application. Elle permet aussi d’expulser en lien avec tous les actes criminels, ce qui n’est pas le cas de la deuxième initiative de l’UDC qui énumère une liste fermée de crimes et délits. Avec des oublis notoires liés au terrorisme, comme la préparation d’un enlèvement ou d’un attentat.

Des agressions telles qu’à Cologne conduiraient déjà à une expulsion de Suisse

Les étrangers sont au cœur de l’actualité depuis plusieurs mois. Le flux des migrants ne tarit pas. Et qui n’a pas été choqué par les événements du Nouvel-An en Allemagne? Il est essentiel de savoir que des agressions telles qu’à Cologne conduiraient déjà à une expulsion de Suisse. La nouvelle loi le prévoit.

Davantage de prospérité ensuite. L’acceptation de l’initiative mettrait une nouvelle fois à mal nos relations avec l’Union européenne. En effet, ce ne serait plus un juge qui déciderait du renvoi, ce qui est contraire à la convention des droits de l’homme et à la libre circulation. Une épine dans le pied de l’économie, des risques supplémentaires pour nos emplois.

La nouvelle loi a le mérite de ne pas stigmatiser les étrangers, de tenir compte de leur parcours en Suisse et de différencier les criminels de ceux qui commettent des délits mineurs. Serait-il juste d’expulser un étranger né en Suisse pour des cas de bagarre ou de conduite en état d’ébriété? Et ce même avec des enfants à charge qui resteraient en Suisse?

Cette deuxième initiative a été lancée avant même que le travail du Parlement ne débute, l’UDC supputant que celui-ci n’allait pas respecter l’esprit de l’initiative originale. Est-ce qu’il ne s’agissait pas plutôt de gesticulation politicienne, afin de braquer l’attention sur le thème de prédilection de la droite populiste en période d’élections fédérales?

Nul doute que le texte adopté par le Parlement respecte la volonté du peuple. Oui, les criminels étrangers seront systématiquement expulsés. Pas besoin d’une nouvelle initiative pour cela. (24 heures)

Créé: 12.02.2016, 15h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.