Nous votons avec notre porte-monnaie

L'invitléMichael Dupertuis nous explique les vertus de cette manière de faire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse est le seul pays du monde à avoir une démocratie directe. Les citoyens de notre pays sont appelés plusieurs fois dans l’année pour déterminer ensemble la direction à donner au pays. Ainsi, nous pourrions penser que la Suisse est le seul pays vraiment démocratique du monde.

C’est du moins ce que je pensais avant d’en débattre avec une amie fraîchement arrivée en Suisse. Selon sa vision, chaque fois qu’elle sort son porte-monnaie pour acheter quelque chose, elle décide de soutenir un certain type de consommation. Cette décision qu’elle fait, multipliée par le nombre faramineux de consommateurs, peut alors s’apparenter à un vote permanent en faveur d’une orientation de notre économie.

Par exemple, si je sors ma carte pour acheter un pot de Nutella, ce n’est pas uniquement un acte insignifiant comme d’autres milliers de personnes le font chaque jour, mais bien un soutien direct et financier à la société qui se trouve derrière et conçoit ce produit dans les conditions que nous connaissons. La même situation reste véridique lorsque je me rends dans une ferme proche de chez moi pour y acheter leur poulet où quand je choisis d’acheter en seconde main des outils de jardinage ou mes meubles. Chaque achat ou non achat est donc l’expression d’une volonté personnelle de soutenir un type d’économie et s’apparente donc à un vote continu de l’ensemble de la population. C’est donc une merveilleuse liberté ainsi qu’une grande responsabilité.

Mon propos n’est pas de dire qu’il faut absolument que tout le monde achète bio

L’effet est d’autant plus significatif lorsque la base de votant n’est pas uniquement un pays, la Suisse par exemple, mais bien le village mondial et globalisé. A travers mes achats ainsi que les vôtres et ceux de nos amis de tous les pays du globe, c’est bien la volonté populaire qui s’exprime et modifie la trajectoire de notre économie. Dans un tel cadre, pas besoin d’être appelés aux urnes pour exprimer notre opinion. Chaque franc dépensé ou conservé est un bulletin de vote utilisé.

Pour prendre l’exemple du bio, il y a dix ans ces produits n’étaient vus que comme un effet de mode pour quelques urbains fortunés. Or aujourd’hui, le bio est fortement demandé par les consommateurs. Ainsi, que je sois à Bex ou à Lausanne, je peux retrouver ces produits dans presque n’importe quel magasin alors qu’ils n’y étaient pas dix ans plus tôt.

Pourtant attention, mon propos n’est pas de dire qu’il faut absolument que tout le monde achète bio. Non, chacun est libre et responsable de son choix. Mon propos est plutôt de souligner que chacun à la possibilité, de part ses actes d’achat, d’infléchir la destinée de notre économie. Usons donc de notre porte-monnaie comme nous usons de notre bulletin de vote et faisons de notre économie la plus grande démocratie du monde.

Créé: 17.01.2017, 15h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.