Des peintures millénaires découvertes au Pérou

ArchéologieLa cité de Chan Chan, datant de l'ère précolombienne et située au Pérou, continue de révéler ses trésors.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au Pérou, Chan Chan n'a pas fini d'émerveiller. Construite en adobes, la gigantesque cité datant de l'ère précolombienne vient de révéler de grandes peintures murales, vieilles d'un millénaire.

Capitale de la civilisation Chimu, qui a connu son apogée entre l'an 900 et 1450, Chan Chan («soleil resplendissant» dans la langue de son peuple) comptait dix palais en terre cuite sur une surface de 20 kilomètres carrés et 30'000 habitants. Aujourd'hui, il n'en reste que 14 kilomètres carrés et ses constructions sont menacées par les intempéries, l'installation d'agriculteurs sur son site ou encore les pillages récurrents.

Et pourtant, «Chan Chan est incroyable, sous chaque monticule de terre il y a une nouvelle découverte qui nous surprend», a souligné récemment la ministre péruvienne de la Culture, Patricia Balbuena, en se rendant sur place pour observer de près la dernière trouvaille: un couloir recouvert de hauts reliefs jusque-là enterré.

Ce couloir se trouvait à Utzh An, aussi appelé Grand Chimu, l'un des dix palais de la cité de Chan Chan, située à près de 600 kilomètres au nord de Lima. «La récente découverte nous prouve l'ampleur de notre patrimoine culturel et à quel point il nous reste encore beaucoup à trouver dans cette citadelle de terre», a salué la ministre.

«Animal lunaire»

Les peintures montrent notamment des damiers et des vagues en relief. L'accès au couloir est lui orné de représentations de l'«animal lunaire», symbole mythique de plusieurs cultures précolombiennes du Pérou, explique l'archéologue Henry Gayoso, responsable de la restauration des murs du palais Utzh An.

«Le couloir a été découvert il y a deux semaines. Il a une largeur d'environ six mètres et s'étend sur 50 mètres. Nous avons déterré la moitié, 25 mètres, et on doit encore descendre de 1,50 mètre pour arriver au plancher», précise-t-il. «Une fois (ce travail) terminé, nous saurons sa signification, même si nous croyons que c'était le couloir de passage d'un personnage principal» de la civilisation Chimu.

Cinq projets de fouilles

Sur le site travaillent actuellement 500 personnes, dont 50 archéologues, réparties en cinq projets de fouilles, indique le chef de l'Unité de recherche et préservation de Chan Chan, Arturo Paredes.

Jusqu'à présent, les équipes ont trouvé des peintures murales, des escaliers, des passages, des statues en bois de guerriers de 40 centimètres de hauteur, portant sur le visage un masque d'argile blanche.

Les chercheurs ont également déterré des vases, des métiers à tisser et une grande quantité de «spondylus», ensembles de frises avec des figures de langoustes, algues, bateaux de pêcheurs et hommes en train de nager.

Sacrifices d'enfants

Moins connue que les Incas qui la renverseront ensuite, la civilisation Chimu se dévoile peu à peu au fur et à mesure des fouilles des archéologues. En avril, National Geographic a ainsi révélé la découverte, près d'une falaise donnant sur l'océan Pacifique où vivait les Chimus, des restes de plus de 140 enfants, soit les «preuves du plus grand sacrifice collectif d'enfants d'Amérique, et probablement de l'histoire mondiale».

Les sacrifices humains étaient destinés à plaire à leurs dieux et souvent réalisés dans des huacas («sanctuaires», en langue quechua), dont une, la huaca Toledo, peut désormais se visiter à Chan Chan.

«On pense que c'était un lieu de cérémonie pour les habitants», indique l'archéologue Jorge Meneses Bartra, responsable de la huaca Toledo, datant des années 1350 et en forme de pyramide tronquée (sans pointe), sur plus de 20 mètres de hauteur.

Des rondes pour protéger Chan Chan

Chan Chan a été classée au Patrimoine de l'humanité par l'Unesco en 1986, mais aussi dans la liste du Patrimoine de l'humanité en danger: attaquée par les pluies, érodée par l'eau de la mer toute proche, la cité souffre aussi d'invasions par des agriculteurs et éleveurs.

Il y a 20 ans, le gouvernement a commencé à déloger les habitants installés sur le site, mais certains continuent d'y vivre, se prévalant même de titres de propriété. La police péruvienne effectue désormais des rondes, de jour comme de nuit, pour protéger Chan Chan, et les autorités préparent un plan pour expulser de l'antique cité les derniers occupants. (ats/nxp)

Créé: 23.06.2018, 04h04

Articles en relation

Les Néandertaliens étaient des créateurs de fresques

Archéologie Les plus anciennes peintures rupestres ont été réalisées au moins 20'000 ans avant l'arrivée de l'homme moderne en Europe. Plus...

Un Suisse découvre une tombe princière scythe

Archéologie Gino Caspari, un archéologue de l'Université de Berne, a pu repérer le tumulus au sud de la Sibérie grâce à des images satellite. Plus...

Des grottes funéraires millénaires en Champagne

Archéologie Sur le site de Vert-Toulon, dans la Marne, plusieurs sépultures collectives presque intactes ont été découvertes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.