Un «stylo» pour détecter les cellules cancéreuses

SantéDes scientifiques ont créé une petite sonde manuelle capable de détecter les restes de tumeur, le tout en dix petites secondes.

Un chercheur de l'Université du Texas à Austin, fait une démonstration de la sonde sur un morceau de tissu humain.

Un chercheur de l'Université du Texas à Austin, fait une démonstration de la sonde sur un morceau de tissu humain. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des scientifiques ont mis au point une petite sonde manuelle de la taille d'un stylo capable de détecter des cellules cancéreuses dans des tissus en dix secondes. Elle permet aux chirurgiens de savoir en temps réel s'ils ont bien enlevé la totalité de la tumeur.

Des résidus de tissus cancéreux qui subsistent après une intervention chirurgicale présentent un risque de rechute pour le malade. Actuellement, la plupart des laboratoires ont besoin de plusieurs jours pour déterminer si des cellules cancéreuses subsistent dans les échantillons prélevés pendant l'opération, expliquent les inventeurs de cette nouvelle sonde.

L'instrument, baptisé «MasSpec Pen» et objet d'une présentation mercredi dans la revue américaine Science Translational Medicine, permet d'extraire en douceur des molécules d'eau contenues dans les tissus en pompant un volume infime de 10 microlitres, soit environ un cinquième d'une simple goutte.

Ces molécules sont acheminées par un tube souple vers un spectromètre qui calcule les différentes masses moléculaires dans l'échantillon et détermine la présence de cellules cancéreuses, expliquent ces chercheurs et ingénieurs de l'université du Texas à Austin.

Exactitude à 96%

Après avoir analysé 253 échantillons de tissus humains cancéreux et sains provenant du poumon, de l'ovaire, de la thyroïde et du sein, ces scientifiques ont pu établir «un profil moléculaire» permettant d'identifier la présence d'un cancer avec un taux d'exactitude de plus de 96%.

Testée sur des souris vivantes, cette sonde a pu détecter sans erreur la présence de cellules cancéreuses sans endommager les tissus sur lesquels ont été prélevés les échantillons, précisent les inventeurs.

Selon eux, cet instrument pourrait devenir encore plus précis en analysant un plus grand nombre d'échantillons. Cela devrait aussi permettre de l'utiliser pour diagnostiquer un éventail plus large de tumeurs dans différents types de tissus. «Cette nouvelle technique (...) nous permet d'être beaucoup plus précis en sachant exactement quels tissus retirer et laisser», juge le Dr James Suliburk, chef du service de chirurgie endocrinienne à la faculté de médecine Baylor au centre médical de Houston au Texas qui a collaboré à ce projet.

Les inventeurs prévoient de commencer à tester cette sonde en 2018 pendant des interventions chirurgicales pour retirer des tumeurs. (ats/nxp)

Créé: 07.09.2017, 07h21

Articles en relation

Davantage de graisse pour allonger la vie

Santé Des souris nourries avec une alimentation riche en graisse ont vécu plus longtemps que leurs congénères, selon deux études. Plus...

Le combat du plus petit assureur maladie du pays

Santé Une microcaisse est menacée d’un retrait de licence car elle refuse de numériser ses dossiers. Rencontre avec son exotique patron. Plus...

La Clinique de Montchoisi fête ses 85 ans

Santé Un nouveau directeur, Pietro Fabrizio, est appelé pour mieux profiler l'établissement dans un secteur où la concurrence est vive. Portes ouvertes le 9 septembre. Plus...

Le Zika, arme potentielle contre le cancer

Santé Le virus Zika pourrait détruire les cellules du glioblastome, un cancer du cerveau très agressif, révèle une étude publiée mardi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...