Dominique Gisin: «La roue finit toujours par tourner»

Ski alpinChampionne olympique de la descente, l'Obwaldienne a rappelé qu'elle s'est «toujours accrochée malgré les blessures». Lara Gut, elle, n'a pas caché une pointe d'amertume.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C'est incroyable. Toute ma carrière s'est apparentée à une bataille, entre blessures et centièmes qui ne m'étaient pas favorables. Mais comme on dit, la roue finit toujours par tourner. J'ai toujours mis beaucoup de cœur dans mon sport et, souvent, je me suis dit que je n'étais pas payée en retour. C'est dur de constamment trouver l'énergie pour se battre encore et encore. Mais j'y ai toujours cru. Je me suis toujours accrochée. Et aujourd'hui, je suis récompensée de la plus belle des manières. Je ne pourrais pas être plus heureuse.

Quant au fait de partager cette médaille d'or avec Tina Maze, cela n'enlève absolument rien au charme de mon titre. Au contraire, Tina est l'une des plus grandes skieuses de l'histoire et c'est un honneur de partager cette médaille avec elle. Je me rappelle aussi que j'avais remporté ma première victoire en Coupe du monde ex aequo avec Anja Pärson. Et là aussi, c'était un honneur d'être aux côtés d'une si grande championne sur le podium.

Cela faisait deux ans, depuis ma dernière blessure à Cortina, que je n'arrivais plus à skier comme je l'entendais. Je n'arrivais plus à me mettre dans la 'zone', à me libérer complètement, à skier sans trop me poser de questions. Mais cela a changé ici à Sotchi. J'ai dû passer par une qualification interne suisse pour avoir le droit de disputer cette descente. Cela a été très dur de passer par là, mais cela m'a fait du bien. Didier Défago avait aussi dû passer par une qualification interne aux Jeux de Vancouver en 2010, avant de gagner la descente. Et il n'arrêtait pas de me répéter que tout était possible. Mais ce n'est que maintenant que j'arrive vraiment à le croire!»

Lara Gut: «C'est génial de remporter cette médaille de bronze. Mais comme toute athlète, c'est avant tout l'or que je vise aux Jeux. Selon moi, il est donc normal que je ressente une pointe d'amertume. D'autant plus quand on voit les écarts. A 10 centièmes près, j'avais le titre! Mais ça, c'est pour ma réaction à chaud. Quand je pense par exemple à Tina (réd: Weirather, parmi les favorites mais forfait après une chute à l'entraînement), je n'ai pas le droit de me montrer déçue.

Ce n'était pas a priori une piste pour moi, notamment en raison de sa portion de plat. J'ai malgré tout trouvé les moyens d'être rapide dans cette section. Je dois aussi être fière de ça. Avec trois médailles d'argent aux Mondiaux (réd: 2x en 2009 et 2013), et désormais une médaille de bronze aux JO, il ne me manque plus que l'or à gagner. J'ai encore deux épreuves ici pour y parvenir, en super-G et en géant. Je vais attaquer ces deux courses à 110%, en prenant l'amertume de ces 10 centièmes pour me motiver encore davantage. Après cette médaille de bronze, je n'aurai de toute façon plus rien à perdre.

Il ne faut pas non plus oublier que je dispute mes premiers Jeux (elle était blessée à Vancouver) et que je n'ai que 22 ans. J'aurai d'autres occasions de devenir championne olympique de descente.» (si/nxp)

Créé: 12.02.2014, 12h03

Articles en relation

Dominique Gisin en or, Lara Gut en bronze sur la descente

Ski alpin L'Obwaldienne a remporté la descente aux JO de Sotchi, à égalité avec la Slovène Tina Maze. La Tessinoise Lara Gut complète le podium. Plus...

Revivez le doublé suisse historique sur la descente

Ski alpin Les Suissesses ont réalisé des prouesses lors de la descente dames mercredi. Dominique Gisin est championne olympique à égalité avec Tina Maze. Plus...

Dominique Gisin décroche son ticket pour la descente

Ski alpin Dominique Gisin accompagnera mercredi en descente Lara Gut et Marianne Kaufmann-Abderhalden, qui bénéficiaient d'une place fixe, ainsi que Fabienne Suter. Plus...

Il y a pire pour un coach!

Hans Flatscher, entraîneur des skieuses suisses:

«Remporter deux médailles lors d'une descente olympique, dont une en or, il y a pire pour un coach! Dès les entraînements, les filles ont montré qu'elles avaient le potentiel pour faire quelque chose de bien. Toute la question était toutefois de savoir si elles allaient être à la hauteur le jour J.

Je suis particulièrement fier de Dominique Gisin. Tout l'hiver, elle a cherché le déclic pour se rapprocher du podium. Elle a beaucoup travaillé et s'est montrée très patiente alors que sa situation n'était pas facile à vivre. C'est incroyable qu'elle soit parvenue à trouver ce déclic un jour comme celui-ci. Pour y parvenir, je pense que la descente du super-combiné lui a été très utile. Elle n'avait certes pas réussi une manche parfaite, mais elle s'était montrée rapide à certains passages clés, trouvant également les bons réglages sur cette neige.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.