A 13 ans, sa passion l’envoie cinq fois par semaine à Köniz

Unihockey Le Boéland Adrien Pfyffer est l’un des rares Romands à jouer dans la structure d’un club de LNA.

Adrien Pfyffer rêve d'évoluer un jour dans une équipe de LNA d'unihockey.

Adrien Pfyffer rêve d'évoluer un jour dans une équipe de LNA d'unihockey. Image: PIERRE-ALAIN SCHLOSSER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il a allégé son agenda en laissant tomber l’escalade et le tennis. Mais il a tout de même conservé les cours de saxophone! Adrien Pfyffer, 13 ans, est un écolier comme les autres. A la différence près, qu’il s’est épris d’un sport plus populaire en Suisse alémanique que de ce côté-ci de la Sarine: l’unihockey. Et dans ce domaine, Adrien a marqué les esprits lors d’un camp d’été au Centre sportif du Kerenzerberg, dans le canton de Glaris. «Durant ce stage, il y avait 49 Suisses allemands et un seul Romand, se souvient le jeune joueur de La Tour-de-Peilz. Et à la fin de la semaine, j’ai été tout surpris d’être élu meilleur joueur du camp!»

Outre cet insigne honneur, Adrien a tapé dans l’œil de Beat Moser, un ancien coach national. Ce dernier a approché le papa du jeune joueur. «Il m’a expliqué qu’on avait besoin de toute la Suisse si on voulait un jour battre les Suédois et les Finlandais (ndlr: les deux meilleures nations d’unihockey)», raconte Roland Pfyffer. Et comme Beat Moser avait des contacts avec Köniz, Adrien a été invité à rejoindre les juniors de ce club de LNA, qui compte une vingtaine d’équipes et plus de 400 joueurs.

Niveau plus élevé

Cet ancien joueur des Riviera Raptors Vevey doit désormais aligner les kilomètres pour assouvir sa passion d’unihockey. Depuis La Tour-de-Peilz, il rejoint Köniz, dans la banlieue bernoise, jusqu’à cinq fois par semaine. Trois fois pour les entraînements, le samedi pour participer au championnat de la première équipe de juniors C (moins de 14 ans) et le dimanche pour celui des M16. Ce jeune attaquant est même le premier Romand à rejoindre les M14 de Köniz, alors que deux autres «Welsches» (l’Yverdonnois Emilien Aubert et le Chaux-de-Fonnier Eliot Farron) évoluent chez les M16 du club bernois.

«A Köniz, nous avons sept entraîneurs rien que pour l’équipe M14. Tous ont leur spécialité»

Pourquoi jouer à Berne, alors que de nombreux clubs vaudois se démènent pour former au mieux leurs jeunes? «Parce que le rythme et surtout le niveau sont plus élevés, explique Adrien. Tout est plus intense. Les entraînements, qui durent chacun deux heures, sont composés d’exercices combinant physique, technique et réflexion. A Köniz, nous avons sept entraîneurs rien que pour l’équipe M14. Tous ont leur spécialité. Le lundi, c’est même René Berliat, le coach de la formation de LNA, qui s’occupe de nous.» A la fin de la séance, ce dernier désigne le «Best Player». Cette saison, Adrien a déjà reçu deux fois cette distinction.

Directeur bienveillant

Cette débauche d’énergie semble difficilement compatible avec l’école. Mais pour l’instant, Adrien s’en sort bien. Il faut dire qu’il a de la facilité. Non seulement cet élève de VP a sauté une classe, mais il a choisi d’apprendre le latin…

Grâce à des allégements scolaires, il peut quitter son collège vers 15 h 30 pour rejoindre l’entraînement à 17 h 30, conduit par son papa qui fait office de taxi. Les devoirs? Il les fait dans la voiture. «Nous avons eu la chance de pouvoir compter sur la bienveillance du directeur, lequel s’est tout de suite montré enthousiaste. Il a considéré que concilier les cours et le sport était une question d’équilibre, reprend Roland Pfyffer. Pour l’instant, Adrien se sent à l’aise tant à l’école que dans l’unihockey.» S’il est sélectionné en M16, il pourra même entamer son gymnase dans une classe sportive, à Berne. «C’est le marché que nous avons conclu avec mon fils, poursuit le papa. Si cela se réalise, il logera chez l’habitant. Les gens à Köniz sont si charmants et accueillants! On a pris une sacrée leçon, tant leur accueil a été fantastique. Sur le terrain, les meilleurs joueurs ont spontanément conseillé et encouragé Adrien. Depuis, il a pris de l’assurance et comprend assez bien le suisse allemand.»

A l’issue du Romandie Day, qui a réuni plus de 500 unihockeyeurs romands lors d’un match de l’équipe de LNA de Floorball Köniz, Adrien a remis les prix aux meilleurs joueurs. Bientôt, ce sera peut-être lui qui recevra cette récompense. Qui sait, les rêves sont faits pour être réalisés.

Créé: 28.02.2017, 18h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...