Avec davantage de «bouteille», Federer entame sa bataille estivale

Tennis Après avoir soufflé mardi ses 36 bougies, le Bâlois entre en lice à Montréal, le regard sur le trône mondial.

Roger Federer à l'entraînement à Montréal.

Roger Federer à l'entraînement à Montréal. Image: REUTERS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Game of Thrones» a pris possession de la planète tennis. Et Roger Federer, qui a fêté ses 36 ans mardi 8 août, aurait très bien pu observer ce nouvel épisode de guerre du pouvoir depuis son canapé en savourant goulûment un bon gâteau d’anniversaire. Mais il faut croire que le Bâlois, qui a rallié le Québec en fin de semaine dernière, préfère se mêler à la bataille avec la furieuse envie d’emporter la mise plutôt que de se reposer.

Car si Rafael Nadal est promis à retrouver la place de No 1 mondial en cas d’accession aux demi-finales du tournoi de Montréal, «RF» voit, lui, plus loin que la simple échéance canadienne, pour laquelle le patron actuel, Andy Murray, est forfait: Federer rêve de faire d’une pierre deux coups à l’US Open, soit en s’adjugeant l’épreuve new-yorkaise le 10 septembre, puis en retrouvant officiellement le trône, «son» trône, le lendemain. «J’espère être en lice pour redevenir No 1 ATP dans quelques semaines, ne cache-t-il pas. Je me sens très bien, je suis prêt à jouer.»

Preuve que l’idée de revenir au sommet du jeu le titille plus que ce qu’il ne le disait au sortir de son Wimbledon victorieux, Roger Federer a choisi de s’aligner au Québec avant d’enchaîner avec Cincinnati et la dernière levée du Grand Chelem. Il est vrai que lorsque la possibilité est offerte d’écrire un autre chapitre de l’histoire, celui qui pourrait faire de lui le plus vieux patron de la hiérarchie mondiale, il vaut mieux mettre tous les atouts de son côté!

Pour l’homme aux 19 titres majeurs et aux 302 semaines passées sur le perchoir, la bataille estivale commence concrètement ce mercredi face à Peter Polansky (ATP 116). Pas de quoi lui faire peur sur le papier, mais il n’est pas inutile de rappeler que «RF» a perdu ses deux seuls matches de l’année contre des joueurs classés… hors du top 100 (Evgeny Donskoy et Tommy Haas).

La prudence sera donc de mise à la… Rogers Cup, mais le Bâlois y a débarqué avec le vent dans le dos, acclamé par des fans qui ne l’avaient plus revu à l’œuvre depuis… 2011 et devant lesquels il aspire à réciter du pur tennis. Pour prouver que s’il a davantage de bouteille qu’il y a six ans et quelques rides en plus, son talent est intact et son jeu encore plus fort.

Lui qui n’a jamais remporté l’Open du Canada en terre francophone entend donc faire étalage de toute sa classe et poser la première pierre censée «bétonner» son été nord-américain pour consolider son statut de meilleur joueur de la planète, au plus tard à Flushing Meadows. Et n’en déplaise à Rafael Nadal!


Connaissez-vous réellement Roger Federer?

Connaissez-vous réellement notre héros national, Roger Federer?

Question 1 sur 15:

Dans quelle ville est né notre champion national, le 8 août 1981?

Zürich

Saint-Gall

Bâle

 

(24 heures)

Créé: 08.08.2017, 19h29

Articles en relation

[Quiz] Bon anniversaire, «Rodgeur»!

Tennis Alors qu'il se prépare à son entrée en lice à l'US Open (28 août-10 sept), Roger Federer souffle ce mardi ses 36 bougies. Testez vos connaissances sur notre héros national. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...