Elaine Thompson tient le haut de l’affiche et vole la vedette à Lavillenie

AthlétismeDouble championne olympique (sur 100 et 200 m), la sprinteuse américaine a marqué de son empreinte la 41e édition d’Athletissima.

Thompson a signé un superbe chrono sur 100m.

Thompson a signé un superbe chrono sur 100m. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Qu’est-ce qu’un bon meeting? Celui où pleuvent les records? «Celui où la communion entre le public et les athlètes est parfaite», souffle en écho Jacky Delapierre, le patron d’Athletissima. Sous la canicule – «En 41 éditions, je n’avais jamais vu le tableau afficher 31 degrés!» –, le premier meeting post-Jeux olympiques a aussi affolé les chronos. Et il ne s’est trouvé personne pour s’en plaindre.

Frustrés à Rio, Lea Sprunger et Renaud Lavillenie n’ont pas pu redresser la barre. A l’inverse de Kendra Harrison, privée de Jeux, et de Churandy Martina, disqualifié aux Européens. La petite et énergique Américaine a «chauffé» la Pontaise sur 110 m haies avant qu’Elaine Thompson n’entre en piste sur 100 m et le Néerlandais sur 200 m, qu’il s’est adjugé en 19’’81.

Las pour lui, Renaud Lavillenie n’a pas répondu à l’attente d’un public, moins dense que prévu, acquis à sa cause. Dix jours après avoir perdu l’or olympique au profit de Thiago Braz sous les huées des spectateurs, le Français a échoué, comme le champion du monde Shawn Barber, à une barre placée à 5,80 m. A l’instar des hurdlers, les perchistes ont profité de l’absence de vent. Par le passé, ces derniers avaient souvent été défavorisés par le vent latéral.

«Il y a une fatigue nerveuse et il a eu beaucoup de sollicitations à gérer», plaidait Philippe d’Encausse, l’entraîneur de Lavillenie, avant le concours. Le Français enchaînera avec les meetings de Paris et de Zurich. Vainqueur à six reprises du classement général de la Ligue de diamant, Lavillenie (29 ans) sent un autre vent, celui de la jeunesse, lui souffler dans le dos. Thiago Braz et Shawn Barber ont 22 ans. A 23 ans, Sam Kendricks, vainqueur hier, a établi un nouveau record (5,92 m) à la Pontaise.

A la perche, Kendricks a battu le record du meeting

Habitué du rendez-vous lausannois, Asafa Powell a fait sien le 100 m en 9’’96, un chrono modeste en apparence seulement. Le Jamaïcain est l’athlète qui est le plus souvent descendu sous la barre des 10’’. «J’ai toujours obtenu de grands résultats à Lausanne. Je m’étais déjà imposé à quatre reprises (en 2008, 2009, 2011 et 2013). Je reviendrai avec plaisir», promet Powell.

Sur 110 m haies, Ortega a surpris McLeod

Le 100 m féminin a été le théâtre d’une scène insolite. Le starter a signalé un faux départ, mais une seule concurrente a arrêté sa course. Celle-ci a été annulée. Moins de dix minutes plus tard, Elaine Thompson a signé un superbe chrono de 9’’78. Elle approche à 6 centièmes le record du meeting détenu par une certaine Marion Jones.

Büchel en forme

Côté suisse, Selina Büchel a amélioré sa meilleure performance de la saison. En réussissant un chrono de 1’58’’77, elle s’est classée 5e d’un 800 m relevé. Dans le 100 m haies, Kendra Harrison a pris une revanche sur le sort. Privée des Jeux de Rio, en raison de sa mauvaise perf lors des Trials américains, l’Américaine a couru en 12’’44, soit à 24 centièmes de son record du monde. En valeur intrinsèque, il s’agit de la deuxième meilleure performance de la soirée.

Sur 400 m haies, Lea Sprunger n’a pas pu infléchir le cours des événements, qui lui est défavorable depuis Rio. La Vaudoise s’est classée 6e en 56’’06 d’une course remportée par la championne olympique Dalilah Muhammed. Lea Sprunger est restée à plus d’une seconde de son record.

L’intéressée ne cachait pas son dépit et son désarroi: «Il n’y a plus rien qui va. Dans la tête, j’avais envie de réparer le couac de Rio. Mais jeudi matin, dès le réveil, j’étais anxieuse. Je me suis dit que je ne savais plus courir le 400 m haies. Jusqu’à Rio, j’avais effectué une bonne saison. Je dois peut-être me remettre en question.» Et si le doute était, malgré tout, un bon moteur pour avancer dans une carrière qui ne saurait se résumer à ce mois d’août.

Créé: 26.08.2016, 09h04

(Image: Keystone )

Clélia Rard-Reuse: «C’était magique!»

Onzième temps des séries du 4×100?m olympique en 43’’12, Ajla Del Ponte, Sarah Atcho, Ellen Sprunger et Salomé Kora n’ont pas fait davantage d’étincelles sur le tartan de la Pontaise. Largement dominées par des Ukrainiennes très en jambes (42’’67), nos représentantes ont dû se contenter d’un chrono moyen (43’’64), loin derrière le record national qu’elles avaient établi aux Européens d’Amsterdam en juillet dernier (42’’87). Sarah Atcho ne s’en formalise guère. «Après Rio, ce n’est pas facile de se relancer et de remettre de la tension, assure la Lausannoise. On a atterri en Suisse il y a un jour et demi seulement. Cela dit, je suis quand même déçue.»

Ellen Sprunger est du même avis. «J’avais envie de courir, souligne-t-elle. Mais on ne peut pas aller à l’encontre du décalage horaire, malgré tous les soins dont nous avons pu profiter ces derniers jours. Je suis quand même surprise du temps des Ukrainiennes. Quand j’ai pris le 3e relais, il y avait déjà un bel espace entre elles et nous.»

Marisa Lavanchy était également dans la course hier, mais dans le relais No 2 du 4×100?m. Le temps importait peu pour elle et ses complices (45’’05, avec F. Humair, C. Keller et S. Dagry). «Je n’arrive pas à me dire que c’est peut-être le dernier Athletissima pour moi, précise la Rolloise de 26?ans. Le 27 septembre, je m’envole pour Sydney, afin de rejoindre Simon, mon compagnon. Il est prévu que nous restions trois ans en Australie. Je vais toutefois continuer à m’entraîner. Laurent Meuwly s’occupera de moi à distance. Ensuite, je reviendrai en Suisse, c’est sûr.»

Une autre athlète romande faisait ses adieux à Athletissima en même temps qu’à sa carrière internationale. Gagnée par l’émotion, Clélia Rard-Reuse a craqué sitôt la ligne d’arrivée du 100?m haies, franchie en 13?secondes tout rond. «Toute ma famille était là. C’était juste magique! J’ai l’impression d’avoir fait une belle dernière course, même si le chrono n’y était pas (record personnel à 12’’87)».

La Valaisanne de 28?ans se réjouit de partir en vacances avec son chéri. Désormais, elle entend profiter de la vie. «Je vais enfin pouvoir skier. Cela manquait à la Valaisanne que je suis.» Son avenir, la Riddanne ne le voit pas ailleurs que sur la piste. «J’attends des propositions. J’aime l’athlétisme. Je ne peux pas me résoudre à quitter ce milieu».

Gérard Bucher

Articles en relation

«Je suis là, j'existe. Voilà l'info que je veux faire passer à Athletissima»

Athlétisme A l’instar de Kendra Harrison mais pour des raisons différentes, Lea Sprunger sera en quête de rachat, ce soir, sur le tartan lausannois. Plus...

«Les conditions sont réunies pour un exploit à Athletissima»

Athlétisme Jeudi, la Pontaise accueillera la 41e édition de l’épreuve. La parole au patron, Jacky Delapierre. Plus...

10 champions olympiques et 31 médaillés à la Pontaise

Athlétisme Le meeting d’Athletissima, qui se déroulera jeudi, s’annonce prometteur Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.