«J’ai bénéficié de mon expérience des dunes»

Rallye-raidSéquence émotion avec le motard Nicolas Brabeck-Letmathe. Le Vaudois a terminé 38e du Dakar. Une belle performance.

Nicolas Brabeck-Letmathe a bouclé son troisième Dakar sur quatre participations.

Nicolas Brabeck-Letmathe a bouclé son troisième Dakar sur quatre participations. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quand on aime autant partager sa passion, quand on le fait en pensant aux autres – les gains générés par sa participation au fameux rallye, Nicolas Brabeck-Letmathe les cède à l’association qu’il a créée avec ses proches (www.associationleon.com) –, c’est qu’on a un grand cœur. Et quand on a un grand cœur, les émotions ressenties dans les moments forts d’une vie ressortent avec encore plus de générosité. Ce fut le cas, jeudi en fin de matinée, à l’arrivée de la dernière épreuve spéciale du Dakar 2019: «Il y a toujours quelque chose d’irréel quand on se trouve au départ de l’ultime étape d’une telle aventure. On a de la peine à y croire, on craint qu’il nous arrive encore quelque chose, parce que la mécanique peut être capricieuse. 110 km, ce n’est rien pour un pilote du Dakar, mais lorsque ce sont les derniers, c’est long, très long. Puis arrive le moment de la délivrance, le partage avec les autres pilotes avec qui on a vécu ces moments uniques. Il y a aussi, bien sûr, l’équipe technique. Et mon épouse, venue me retrouver pour cet instant inoubliable», explique Nicolas Brabeck-Letmathe.

Un millésime intense

Le millésime 2019? «Très intense, difficile, que du hors-piste ou presque. J’ai pleinement bénéficié de mon expérience des dunes, mais aussi du «fech-fech». Je suis parvenu à économiser aussi bien l’homme que la machine. Et il est vrai que si, pour moi, le classement n’a pas une très grande importance, je me suis pris au jeu cette dernière semaine, parce que je réussissais quelque chose de correct. Le classement, ce n’est pas le but ultime quand on est amateur, mais je ne veux pas jouer les faux modestes, cela fait toujours du bien de voir qu’on est dans le coup, qu’on roule assez vite pour jouer une place dans la première moitié de la hiérarchie.»

C’était son quatrième Dakar, le troisième qu’il termine. Sa progression: 68e en 2016, 59e l’an dernier, 38e cette fois. À l’année prochaine, Nico!

Créé: 17.01.2019, 23h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...