Killian Peier semble mûr pour le grand saut

Saut à skisLe sauteur vaudois, métamorphosé cet hiver, a rendez-vous avec lui-même samedi après-midi sur le grand tremplin d’Innsbruck.

Killian Peier a fait forte impression vendredi lors des qualifications.

Killian Peier a fait forte impression vendredi lors des qualifications. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le monsieur connaît trop de monde au sein de la délégation helvétique, et de trop près, pour avoir envie d’être nommément cité. Mais il y a beaucoup de conviction dans sa voix: «Si la Suisse fait une médaille ce samedi, ce ne sera pas grâce à Dario Cologna, mais Killian Peier. Je pense même que Killian est notre seule chance de ces Mondiaux.»

Aussi folle qu’elle puisse paraître, l’idée fait gentiment son chemin. Et la formidable troisième place décrochée par le sauteur vaudois, vendredi lors des qualifications, ne freine pas les fantasmes. Et si Killian Peier, 23 ans, frappait le grand coup, samedi après-midi à Innsbruck, sur ce grand tremplin de Bergisel qu’il aime tant?

Un rictus carnassier

Le jeune homme refuse de parler classements, objectifs chiffrés. «Je sais que cela n’apporte rien de bon, si je pense trop à ça.» Mais il a tout du gars qui mijote un truc. Jeudi, lors de la rencontre avec les médias, il était serein, souriant. Le lendemain, après ce bond à 127,50 m qui lui permet de s’inviter dans les esprits concurrents, il brandissait le poing droit, puis l’index gauche, avant d’afficher un rictus carnassier. À des années-lumière du pinson tout timide de ces dernières années. Aux antipodes du gars qui, au fond du bac après n’avoir pas été sélectionné pour les Jeux de PyeongChang, avait mis un terme à sa saison 2018 avant les finales. Histoire de faire le point sur cette baffe. Sur ce sentiment de stagnation qui le minait.

Killian Peier a entamé l’automne passé une formation dans le management du sport. Pas dans l’idée de tourner le dos à la compétition, au contraire. Pour mieux canaliser les choses, libérer sa tête. La décision est prise: «Je ne voulais plus sauter entre la 25e et la 40e place. Je me suis davantage investi dans mon sport, que ce soit au niveau technique et surtout psychologique. J’ai tout fait pour apprendre à mieux me comprendre.» Accompagné par Othmar Buholzer, son coach mental, le Vaudois s’appuie aussi sur ce qu’on appelle l’expérience. Lorsqu’on évoque le gamin qui découvrait l’élite aux Mondiaux de Val di Fiemme en 2013, il s’en amuse: «Je ne suis plus le même gars.»

Remaniement bénéfique

L’oiseau s’est envolé. Il a mûri. En mai dernier, Killian Peier a quitté la collocation qu’il partageait avec d’autres sauteurs pour s’installer seul à Einsiedeln, où le rejoindra bientôt Veronika, son amie finlandaise. Sa progression technique, ses cinq premiers top 10 en Coupe du monde fêtés cet hiver, doivent beaucoup au remaniement opéré au sein de l’équipe, désormais scindée en deux. D’un côté Simon Ammann et Roger Kamber, l’un des co-entraîneurs dépêché spécialement aux petits soins du quadruple champion olympique; de l’autre le reste du monde, Killian Peier en tête. Un changement qui, au lieu de semer brouille ou polémique, s’est effectué pour le bien de tous. Le Vaudois, qui bénéficie désormais de toutes les attentions ou presque du coach Ronny Hornschuh, n’a pas peur de dire que «c’est bien que chacun ait suivi son propre chemin».

Jusqu’où ira le sien, maintenant? «Je me sens très bien et, comme tout a bien fonctionné pour moi ici cet hiver (ndlr: 7e, son meilleur résultat en Coupe du monde), je me sers de ces émotions positives pour les Mondiaux, lance Killian Peier. Je me sens presque comme à la maison. Ce tremplin de Bergisel a son propre caractère, avec un rayon assez sec – de ce point de vue-là, il est comparable à celui d’Einsiedeln. On ressent beaucoup de pression, il faut un point d’appui bien centré pour l’absorber le mieux possible et l’utiliser sur la table au moment de l’envol.» Voilà un peu la définition d’un type en train d’exploser.

(24 heures)

Créé: 22.02.2019, 21h09

Dario Cologna en rodage

Depuis le temps de ses premiers exploits, voici pile dix ans, Dario Cologna connaît son texte par cœur: «Quand je vais à des Mondiaux, c’est toujours avec le même but: gagner une médaille.» Comme la phrase est prononcée par un quadruple champion olympique, on se gardera de la prendre à la légère. Reste que le Grison s’était déjà montré beaucoup plus convaincant par le passé, que ce soit sur la piste (une 4e place comme meilleure performance de l’hiver) ou en conférence de presse.
Quand on le relança sur l’épreuve dans laquelle il estimait avoir le plus de chances de briller à Seefeld, «Super Dario» n’a pas voulu zapper le skiathlon de samedi (15 km en classique, 15 en libre). «J’espère rester au contact des meilleurs jusqu’au bout.» Mais dans un mystérieux rictus dont il a le secret, il n’a pas réussi à cacher que sa cible principale était le 50 km du dimanche 3 mars. Entre deux, le bouquetin du Val Müstair s’affûtera les jarrets sur le 15 km (mercredi prochain) et le relais 4 x 10 km (vendredi). S.M.

Résultats

Championnats du monde de ski nordique à Seefeld/Innsbruck.
Combiné nordique. (Grand tremplin et 10 km):
1. Frenzel (GER) 23’43’’0. 2. Schmid (NOR) à 4’’3. 3. Rehrl (AUT) à 8’’7. 4. Seidl (AUT) à 15’’3. 5. Riiber (NOR) à 20’’9.
Puis: 19. Hug (SUI) à 2’09’’7.

Saut à skis. Qualifications au grand tremplin à Innsbruck:
1. Eisenbichler (GER) 143,2 (128,5 m). 2. Geiger (GER) 141,1 (131). 3. Peier (SUI) 137,5 (127,5). 4. Kobayashi (JPN) 136,5 (126).
Puis les Suisses:
12. Ammann 122,4 (121). 21. Schuler 117,8 (124). 40. Egloff 99,8 (114).
Tous qualifiés pour le concours de ce samedi.

Programme du week-end

Samedi
11.00 Fond: skiathlon dames 15 km
12.30 Fond: skiathlon messieurs 30 km
14.30 Saut à ski messieurs grand tremplin

Dimanche
9.15 Fond: sprint par équipes M + D
13.30 Combiné: sprint par équipes
14.45 Saut: équipes M grand tremplin

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.