Le spectre du dopage mécanique est de retour

L'histoire du jourLe quotidien AS suspecte Wout Van Aert, double champion du monde, d'utiliser un moteur.

Wout Van Aert a été sacré champion du monde le 29 janvier à Belvaux.

Wout Van Aert a été sacré champion du monde le 29 janvier à Belvaux. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’histoire fait grand bruit en Belgique. Wout Van Aert (22 ans), deux titres mondiaux en poche, a-t-il recours au dopage mécanique? La question a été soulevée par AS. Le quotidien espagnol a publié sur son site des vidéos du Belge expliquant que son vélo a eu «des réactions bizarres» lors du cyclo-cross de Lille, samedi dernier.

Il est notamment question du bond de l’Anversois pour éviter la chute après un dérapage singulier. Comment a-t-il pu rapidement récupérer sa trajectoire alors que sa roue arrière venait de glisser dans la boue? AS rappelle que la roue arrière de Van Aert avait déjà tourné plus que la normale lors d’une manche de Coupe du monde à Fiuggi en Italie.

De roue à rouerie supposée, le doute s’instille à nouveau dans les esprits. Il alimente la rumeur d’un dopage mécanique depuis des années. Fin janvier, au lendemain de son deuxième sacre mondial d’affilée, le site Dhnet.be livrait les clés de la réussite: «C’est notamment avec son arme secrète, des boyaux Michelin, qu’on fabriquait il y a une quinzaine d’années, au profil spécial donnant une meilleure «grip», que Wout Van Aert a construit son succès.» Bref, pas de quoi fouetter un chat, encore moins de salir de boue un cyclocrossman. Pour ça, il se débrouille très bien tout seul.

Un énième scandale

L’an passé, une jeune Belge de 19 ans, Femke Van den Driessche, avait été convaincue de dopage mécanique aux Mondiaux de Zolder. Un énième scandale mais une première historique. Evidemment, là, ça ne rigole plus, même si les Belges ont un goût prononcé pour la plaisanterie. Les soupçons ne portent plus sur une simple lampiste mais sur un double champion du monde, de surcroît champion de Belgique et vainqueur du classement final de la Coupe du monde.

Jusqu’à samedi et Middel­kerke, où se déroulera la manche finale du Superprestige, la rumeur est appelée à enfler. Démesurément? Ou à se dégonfler comme un boyau, voire un bibendum? Dans le Plat Pays aussi, la pression peut prendre différentes formes. (24 heures)

Créé: 09.02.2017, 18h37

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Les intempéries paralysent une partie de la Suisse
(Image: Bénédicte) Plus...