Mettre ses joueurs au chômage technique? Compliqué

CoronavirusLe Conseil fédéral n’entre pour l’instant pas en matière pour aider les clubs qui pourraient payer au prix fort l’interdiction de jouer devant leur public.

Le chômage technique est réservé aux travailleurs au bénéfice d’un contrat à durée indéterminée (CDI) et non pas à ceux qui ont un contrat à durée déterminée (CDD).

Le chômage technique est réservé aux travailleurs au bénéfice d’un contrat à durée indéterminée (CDI) et non pas à ceux qui ont un contrat à durée déterminée (CDD). Image: LAURENT GIRAUD - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est donc désormais officiel. Les championnats professionnels de football et de hockey sur glace sont suspendus au minimum jusqu’au 15 mars prochain. Un cas de figure que Christian Constantin avait anticipé en annonçant, la semaine dernière déjà, son intention d’inscrire au chômage technique des joueurs qui se retrouvent maintenant dans l’incapacité d’exercer leur métier durant deux semaines supplémentaires au moins. La voie envisagée par le président du FC Sion, GE/ Servette et le Servette FC ont eux aussi décidé de la sonder. «Aujourd’hui, la loi est claire, explique Stefan Nellen, le vice-président du Lausanne-Sport. Le chômage technique est réservé aux travailleurs au bénéfice d’un contrat à durée indéterminée (CDI) et non pas à ceux qui ont un contrat à durée déterminée (CDD), comme, par exemple, une grande majorité des footballeurs et les hockeyeurs.» Une information qui nous a été confirmée par le Secrétariat d’État à l’économie (SECO).

Comme il l’a déjà communiqué il y a quelques jours, le Conseil fédéral n’entre donc pour l’instant pas en matière pour aider d’une manière ou d’une autre ces clubs qui pourraient payer au prix fort l’interdiction de jouer devant leur public, si elle devait se prolonger. «Lundi, lors de notre assemblée, continue Stefan Nellen, nous avons formellement demandé aux dirigeants de la Swiss Football League de prendre contact avec leurs homologues du hockey sur glace afin d’étudier de près la question, puis de formuler une demande commune aux autorités politiques du pays.» Si une telle requête, légitime sur le fond, devait être balayée, cela ne signifierait pas la fin de la lutte, pour certains clubs tout au moins. «Nous n’avons bien sûr pas encore abordé le sujet en interne, poursuit Stefan Nellen, mais il me semblerait logique d’envisager alors d’autres hypothèses. Comme celle de solliciter une aide du Canton de Vaud, ce que nous pourrions faire avec le LHC et SLO. Il ne m’apparaît en effet pas incongru de comparer nos situations au déficit qu’a connu la Fête des Vignerons.»

André Boschetti

Créé: 03.03.2020, 14h05

Articles en relation

Le coronavirus amuse autant qu'il effraye

Épidémie L'épidémie et les mesures de protection stimulent l'imagination des internautes Plus...

Plusieurs personnes infectées en France voisine

Coronavirus Le maire Antoine Vieillard l'annonce sur les réseaux sociaux. Un cas est confirmé dans sa commune et il se «porte bien». Quatre autres cas sont détectés entre Divonne et Ferney. Plus...

La grève féministe décentralisée pour cause de coronavirus

Mobilisation Dimanche 8 mars, des actions démultipliées auront lieu dans le canton. Plus...

Nos mains, ces ennemis publics numéro un

Coronavirus Qu'il s'agisse de les laver ou de ne pas les serrer, plusieurs mesures conseillées par la Confédération concernent nos mains. Pourquoi? Plus...

L’enfer pour un politicien? Ne pas pouvoir serrer des mains

Coronavirus Drôle d’ambiance au Parlement à la suite de l’épidémie. Image morbide, rires, inquiétude et esclandre se mêlent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.