Trois Suisses et une montagne à Melbourne

TennisSi Federer et Wawrinka ont un 1er tour à leur portée en Australie, ce n’est pas le cas de Belinda Bencic. Décryptage.

Roger Federer, jeudi matin à Melbourne, la «guest-Star» du tirage au sort en tant que patron des lieux.

Roger Federer, jeudi matin à Melbourne, la «guest-Star» du tirage au sort en tant que patron des lieux. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il reste certes quelques coups de peinture à donner çà et là, voire encore un ou deux logos à déposer sur les balustrades longeant la Rod Laver Arena, mais nonobstant ces finitions, l’Open d’Australie est prêt à s’ébrouer pour deux semaines de spectacle, marquées du sceau de l’incertitude; les absences des un(e)s, le nébuleux retour des éclopés ou encore la possible et attendue montée en puissance des autres rendent absolument illisible la quinzaine qui s’ouvre ce lundi à Melbourne. Reste que le tirage au sort diligenté jeudi soir dans la touffeur des bords de la Yarra a esquissé ce à quoi cette édition 2018 pourrait ressembler. Avec, comme première idée, celle que Rafael Nadal, finaliste l’an dernier, a été plutôt gâté, ne trouvant éventuellement sur sa route que John Isner en 16es de finale, puis Marin Cilic en 8es.

Tout le contraire en réalité de Stan Wawrinka, Novak Djokovic, Alexander Zverev, Juan Martin Del Potro et Roger Federer qui tous se trouvent dans une même partie de tableau sentant le soufre.

Mais s’ils devront souquer ferme pour pouvoir s’illustrer dans cette quinzaine, le Vaudois et le Bâlois ont semble-t-il été épargnés par le sort pour leur entrée en lice. Ce qui n’est pas le cas de Belinda Bencic, laquelle se frottera d’emblée à Venus Williams, une montagne. Tour d’horizon de ce qui attend les Suisses.

Pour Bencic, presque le défi ultime

L’an dernier alors qu’elle avait la tête dans la sac, Belinda Bencic avait eu le malheur de tomber d’entrée sur Serena Williams ici même à Melbourne. On aurait donc pu espérer que, douze mois plus tard et alors qu’elle se présente aux antipodes dans une tout autre forme, la Saint-Galloise puisse bénéficier d’un coup de pouce du destin. Erreur. Le tirage au sort lui a livré la grande sœur, Venus. Tout sauf un cadeau. Plutôt une embûche d’après-Noël, puisque l’ancienne No 1 WTA, finaliste en 2017, est l’une des grandes favorites de cette édition. Sachant qu’en quatre confrontations, la Suissesse ne lui a jamais pris plus de sept jeux, le combat s’annonce déséquilibré sur le papier. Mais pour avoir retrouvé une grande partie de ses sensations et avoir déjà prouvé sa valeur par le passé, «BB» a à cœur de démontrer qu’elle évolue à nouveau dans la cour des grandes. À suivre avec appétit.

Wawrinka à la sauce Geneva Open

C’est peut-être exagéré mais il y a comme un parfum de Geneva Open qui flottera sur le 1er tour de Stan Wawrinka, opposé à Ricardas Berankis. Le Lituanien de 27 ans est en effet conseillé par l’ancien pro Rainer Schüttler, désormais patron du tournoi des Eaux-Vives et qui fut finaliste de… l’Open d’Australie en 2003. Quinze ans plus tard, le poulain de l’Allemand ne représente en rien une proie imprenable pour «Stanimal», si tant est que celui-ci parvient à composer avec son genou. Ancien junior très prometteur, car double vainqueur de l’Orange Bowl, Berankis n’a jamais véritablement confirmé au plus haut niveau (meilleur classement 50e). Une possible aubaine pour Wawrinka, qui pourrait, si tout se goupille bien, composer ensuite avec Jeremy Chardy, voire Roberto Bautista Agut au 3e tour. Et c’est là que les six mois de compétition qu’il n’a ni dans les jambes ni dans les bras ni dans la tête pourraient peser. Encore que…

Federer file sur Gasquet

«Guest-Star» du tirage au sort en tant que patron des lieux («Ici c’est mon jardin», a-t-il dit), Roger Federer devrait pouvoir souffler jusqu’aux 16es de finale, et même peut-être un peu au-delà. Son 1er tour contre Aljaz Bedene a sur le papier des allures de promenade de santé. L’ancien Slovène devenu Britannique et récemment redevenu Slovène n’a jamais franchi plus de trois tours en Grand Chelem et l’Australie ne lui a jamais souri. A 28 ans, il ne semble pas en mesure de perturber la sérénité du tenant du titre. Jan-Lennard Struff et Soonwo Kwon – adversaires potentiels de RF au 2e tour – ne le sont apparemment pas davantage. Alors le Bâlois devra être sur ses gardes en 16es de finale avec un possible face-à-face avec Richard Gasquet, et ce bien qu’il domine régulièrement le Français. Ensuite de quoi, le No 2 mondial pourrait voir son défi australien se durcir considérablement (Raonic, Del Potro ou Goffin, Djokovic…). (24 heures)

Créé: 11.01.2018, 11h45

Articles en relation

Federer aura l'ascendant psychologique

Tennis A deux semaines du début de la défense de son titre à Melbourne, le Bâlois brille à Perth. Tandis que ses rivaux déchantent. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...