Absentes aux JO, de grandes stars feront le spectacle au Danemark

Hockey sur glaceTrois mois après un tournoi olympique tronqué, les vedettes de NHL seront présentes en nombre au Mondial.

Connor McDavid, superstar des Edmonton Oilers, fait sensation avec sa vitesse, son explosivité et son fantastique sens du jeu.

Connor McDavid, superstar des Edmonton Oilers, fait sensation avec sa vitesse, son explosivité et son fantastique sens du jeu. Image: USA TODAY SPORTS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tous les quatre ans depuis 1998, la même question: pourquoi diable la Fédération internationale se borne-t-elle à organiser un championnat du monde au cours d’une année olympique? Pour la première fois depuis vingt ans et l’apparition des joueurs de NHL à Nagano, cette interrogation n’a rien de légitime. En effet, comme les stars du meilleur championnat du monde ne s’étaient pas rendues à PyeongChang, elles se sont rattrapées en effectuant massivement le voyage sur les bords de la mer du Nord. Grâce à cet afflux, la compétition qui débute ce vendredi à Copenhague sera d’un niveau largement supérieur aux JO. À l’image du match d’ouverture, qui mettra aux prises le Canada aux États-Unis (16 h 15), avec pas moins de 42 joueurs de NHL qui devraient griffer la glace.

Superstar avec le Canada

«Franchement, lorsque tu ne vas pas aux Jeux olympiques, c’est difficile à encaisser», se souvient Joël Genazzi, recalé de dernière minute avant le voyage en Corée du Sud. Mais aujourd’hui, l’arrière du Lausanne HC est bel et bien présent à Copenhague, bien décidé à se rattraper. «Au niveau de l’expérience personnelle, je ne peux pas effacer ma tristesse de ne pas être allé aux Jeux. Mais si je dois réfléchir uniquement en tant que fan de hockey sur glace, c’est évident que le tournoi danois a une sacrée gueule.» Et c’est peu dire. La présence de près de 90 joueurs du prestigieux championnat a déjà été confirmée.

Parmi tous ces patineurs de NHL, un nom se détache: Connor McDavid. La superstar des Edmonton Oilers a été nommée MVP (joueur le plus précieux, le titre suprême) lors de la saison 2016-2017 et pourrait de nouveau recevoir ce trophée cette saison. Le jeune et talentueux joueur de centre (21 ans) vient de terminer la saison avec 108 points (41 buts, 67 assists). De quoi faire de lui le meilleur compteur de NHL. Rien que ça. Par sa vitesse, son explosivité et son fantastique sens du jeu, le dévoreur d’espace est en train de révolutionner le hockey sur glace.

«Préparé à être déçu»

Malheureusement (ou heureusement?), le Canada ne se trouvera pas sur la route de la Suisse en phase de groupes. Basée à Herning, la formation à la feuille d’érable rejoindra la capitale en deuxième partie de compétition. Dans le sillage de son capitaine, l’équipe canadienne est, sans surprise, celle qui compte le plus de joueurs de NHL. Hormis le troisième gardien, qui devrait avoir plus de temps pour faire du tourisme que ses coéquipiers, toutes les individualités ont évolué la saison dernière en NHL. De quoi en faire une sélection largement plus redoutable que celle affrontée par la Suisse en Corée du Sud. Au Pays du Matin calme, les Helvètes avaient concédé un sec 5-1. Tristan Scherwey était présent lors de la débâcle coréenne et ne veut plus en entendre parler: «Rien que de voir les contingents des différentes équipes, je pense qu’il n’est pas utile de comparer les deux tournois. Je ne sais pas vous, mais moi je suis passé à autre chose.»

Un autre visage

Au Danemark, le Bernois compte bien effacer un goût amer qui ne l’a finalement pas poursuivi trop longtemps. «Depuis le début de ma carrière, je me suis toujours préparé à être déçu, a confié le Fribourgeois du SCB. C’est un mécanisme de protection qui me permet d’avoir une meilleure capacité à aller de l’avant en cas de contre-performance. Autant dire que cela m’a été bien utile après le tournoi olympique.» Et après l’élimination prématurée avec Berne qui lui permet d’être en forme au Danemark pour défier la ribambelle de stars estampillées NHL. «Ça ne fait jamais plaisir de se faire sortir en demi-finale, mais les dix jours de repos me seront utiles lors de ce tournoi, c’est une évidence.»

La Suisse aussi aura un tout autre visage au Danemark. En tout cas sur le papier. Avec Nino Niederreiter (Minnesota), Sven Andrighetto (Colorado), Mirco Müller (New Jersey), Dean Kukan (Columbus) et dans une moindre mesure Reto Berra (cinq matches avec Anaheim), la formation de Patrick Fischer peut, elle aussi, espérer que son tournoi danois soit plus intéressant que sa prestation catastrophique en Corée du Sud. Une chose est sûre, il sera difficile de faire pire qu’une élimination en huitième de finale après avoir battu uniquement la Corée du Sud.


Trois autres joueurs à suivre de près

Elias Pettersson (Suède) Le petit prodige de 19 ans n’est pas (encore) un joueur de NHL. Mais il vient de remporter le titre de MVP des play-off en Suède avec les Växjö Lakers. Champion national, Elias Pettersson a été fantastique durant toute la saison de SHL avec 75 points en 57 matches. Dans un championnat réputé défensif, ses prestations ont de quoi réjouir les Vancouver Canucks qui l’ont drafté en 2017 (5e choix). Du haut de ses 188 cm, il doit encore gagner quelques kilos de muscles pour régater en NHL. Mais il est déjà fin prêt à virevolter sur les patinoires danoises.

Patrick Kane (États-Unis) Les fans de Bienne ne sont pas près de l’oublier. Les défenseurs et les gardiens suisses non plus. S’il n’a joué «que» 20 matches de LNA dans le Seeland, Parick Kane y a laissé un souvenir marquant. À l’époque, l’ailier était une star en devenir. Aujourd’hui âgé de 29 ans, il s’est établi en NHL comme l’un des plus fiables créateurs de jeu de la ligue. Triple vainqueur de la Coupe Stanley et MVP en 2016, il ne disputera que son deuxième Mondial, la «faute» à ses saisons à rallonge avec les Chicago Blackhawks. Profitons de sa présence au Danemark comme il se doit.

Matthew Barzal (Canada) Si Nico Hischier ne remporte pas le titre de rookie de l’année (il n’est pas dans les trois finalistes), c’est en partie de la faute du joueur de centre des Islanders de New York. Âgé de 20 ans, Matthew Barzal vient de terminer sa première saison en NHL. Contrairement au Haut-Valaisan, il a obtenu l’autorisation par son club de se rendre au Mondial. Avec 85 points en 82 matches, le joueur de centre a démontré une vision du jeu fantastique ainsi qu’une belle débauche d’énergie sur le plan défensif. Les aires de jeu plus grandes en Europe devraient l’aider à se mettre en lumière.

Créé: 03.05.2018, 21h57

Le Mondial en bref

GROUPE A (à Copenhague):
Russie, Suède, République tchèque, Suisse, Biélorussie, Slovaquie, France, Autriche (néo-promu).

GROUPE B (à Herning):
Canada, Finlande, États-Unis, Allemagne, Norvège, Lettonie, Danemark, Corée du Sud (néo-promu).

RÈGLEMENT
Les quatre premiers de chaque groupe qualifiés pour les quarts de finale. Le dernier de chaque groupe est relégué. En tant qu’organisateur du Mondial 2019, la Slovaquie ne peut être reléguée.

LA SÉLECTION SUISSE

Gardiens (3):
Berra (San Diego Gulls, AHL), Genoni (Berne), Senn (Davos).

Défenseurs (9):
Diaz (Zoug), Fora (Ambri), Frick (Lausanne), Genazzi (Lausanne), Kukan (Columbus Blue Jackets, NHL), Müller (New Jersey Devils, NHL), Siegenthaler (Hershey Bears, AHL), Sutter (Zurich), Untersander (Berne).

Attaquants (13):
Andrighetto (Colorado Avalanche, NHL), Baltisberger (Zurich), Corvi (Davos), Haas (Berne), Hofmann (Lugano), Moser (Berne), Niederreiter (Minnesota Wild, NHL), Riat (Ge/Servette), Rod (Ge/Servette; San Jose Barracuda, AHL), Schäppi (Zurich), Scherwey (Berne), Vermin (Lausanne), Walser (Davos).

Sélectionneur: Patrick Fischer.


LES MATCHES DE LA SUISSE

Samedi 5 mai (12 h 15):
Suisse - Autriche

Dimanche 6 mai (20 h 15):
Suisse - Slovaquie

Mardi 8 mai (20 h 15):
Suisse - République tchèque

Mercredi 9 mai (16 h 15):
Suisse - Biélorussie

Samedi 12 mai (20 h 15):
Suisse - Russie

Dimanche 13 mai (20 h 15):
Suisse - Suède

Mardi 15 mai (12 h 15):
Suisse - France

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.